fbpx
Comment améliorer durablement le bien-être au travail ?

Comment améliorer durablement le bien-être au travail ?

« J’adore mon job depuis que nous avons un baby-foot dans la salle de pause ! » Avez-vous déjà entendu une de vos connaissances prononcer une phrase de ce genre ? Probablement pas. Pourtant, les entreprises semblent redoubler d’efforts et d’ingéniosité pour offrir à leurs collaborateurs des façons de se détendre au travail : cours de yoga, salles de sieste, consoles de jeux, etc. Et si la problématique du bien-être au travail n’était pas là ? Les travailleurs ne recherchent-ils pas plutôt des opportunités d’évolution intéressantes, une charge de travail raisonnable et un management bienveillant ? Ne serait-ce pas les clés pour s’attaquer durablement au stress et à l’anxiété des salariés ? Dans cet article, nos coachs décryptent le sujet du bien-être au travail : les obligations des employeurs, la tâche complexe d’évaluer la qualité de vie au travail et les axes d’amélioration des conditions de travail, le tout sans rogner sur la productivité.

L’obligation des entreprise en matière de bien-être au travail

Le flou artistique du Code du travail

Les lois sur le bien-être au travail ont le mérite d’exister mais restent toutefois assez vagues. Ainsi, le Code du travail oblige l’employeur à assurer la sécurité et protéger la santé physique et la santé mentale de ses salariés.

Cette loi met en avant les 2 composantes du bien-être au travail :

  • le bien-être physique comme le confort et la sécurité. Ainsi, l’employeur est tenu de proposer des locaux confortables, un poste de travail ergonomique et de mettre en place des actions pour éviter tout risque sécuritaire.
  • le bien-être psychologique : l’entreprise doit donc également s’assurer de préserver la santé mentale de ses salariés. Cela peut passer par l’ambiance de travail, la prévention des attitudes de discrimination et de harcèlement, ainsi que la qualité du management.

Mais alors, si la loi semble couvrir les travailleurs, pourquoi un nombre croissant d’employés semblent-ils insatisfaits de leurs conditions de travail ou stressés par leur activité professionnelle ? Eh bien, la formulation de la loi laisse une grande place à l’interprétation dans sa mise en application. Ainsi, si un employeur aura sûrement des ennuis s’il propose des locaux insalubres ou non chauffés, jusqu’où doit-il aller dans la problématique du confort ? Doit-il proposer souris ergonomiques, écrans déportés et chaises dernier cri sous peine de se faire attaquer en justice ?

Du côté du bien-être psychologique, la définition semble être encore plus obscure. Faire des heures supplémentaires pour maintenir le planning serré du projet est-il une menace sur la santé mentale ? Si oui, à partir de combien d’occurrences ?

La qualité de vie au travail : un sujet d’actualité crucial

Même si le Code du travail n’est pas très directif sur le sujet, les études tendent à pointer le bien-être au travail comme une problématique d’actualité cruciale pour les entreprises. Ainsi, une étude mondiale Gallup de 2021 révèle que les salariés sont de plus en plus nombreux à ressentir des émotions négatives lors de leur journée de travail.

En effet, plus de 40 % des travailleurs ont répondu positivement à la question : « avez-vous ressenti du stress pendant une partie significative de la journée précédente ? » Ce chiffre n’a jamais été aussi élevé depuis le lancement de l’étude en 2009 et a dépassé la barre des 40 % pour la première fois. L’engagement des salariés a également vu son niveau baisser pour tomber à 20 %.

Vous vous dites sûrement que la crise sanitaire de 2020 a joué un rôle crucial dans ces chiffres. Vous n’avez sûrement pas tort. Mais est-ce une raison légitime pour les entreprises de rester les bras croisés sans prendre une part de responsabilité ?

Comment améliorer durablement le bien-être au travail ?

Évaluer le bien-être au travail : un indicateur complexe

C’est là tout le cœur du problème. Évaluer la santé mentale de ses salariés et les causes d’un éventuel mal-être est loin d’être évident pour les employeurs… Des organismes externes proposent aux entreprises des sondages permettant de faire un état des lieux et d’identifier des axes d’amélioration. Toutefois, la concrétisation de ces mesures n’est pas toujours triviale, surtout quand il s’agit de les concilier avec les exigences de productivité et de résultats.

Dans la suite de l’article, nos coachs tentent malgré tout de vous donner une grille de lecture du bien-être au travail. Celui-ci peut par exemple être vu comme une harmonie et un équilibre entre 5 composantes essentielles :

  • Carrière : le salarié apprécie ses tâches quotidiennes et les perspectives d’évolution proposées dans son entreprise ;
  • Communauté : il se sent utile à la société, en appartenance avec son entreprise et partage ses valeurs en grande partie ;
  • Énergie : le collaborateur dispose d’assez d’énergie pour remplir les missions qui lui sont confiées. Pour l’employeur, cela signifie préserver les temps de déconnexion et gérer la charge de travail et l’équilibre global de chacun ;
  • Relations : les échanges entre collègues et avec la hiérarchie sont agréables et positifs. De plus, chaque collaborateur peut avoir une vie sociale en dehors de son travail ;
  • Sécurité financière : sans avoir besoin d’un revenu mirobolant, un salarié aura du mal à ressentir du bien-être au travail si sa rémunération ne lui permet pas de vivre correctement.

Ainsi, si l’employeur ne peut pas garantir à 100 % le bien-être au travail de chacun de ses collaborateurs, il a tout de même un rôle à jouer. De nombreux axes de développement sont à sa disposition pour que la majorité de ses collaborateurs vivent leur vie professionnelle comme une expérience plutôt positive.

Comment améliorer durablement le bien-être au travail ?

Des mesures prises par les entreprises parfois superficielles et court-termistes

À la lumière des éléments précédents, il apparaît logique qu’installer un baby-foot ou proposer des cours de yoga ne permette pas de résoudre tous les problèmes de qualité de vie au travail. Pourtant, nombreux sont les employeurs qui arborent fièrement dans leur communication leur toute nouvelle salle de sieste ou l’installation d’une console de jeux en salle de pause. Ces mesures sont certes positives et surtout faciles à mettre en œuvre du côté des entreprises. Mais elles ont le défaut gênant de laisser certaines composantes du bien-être au travail complètement de côté et de ne pas s’attaquer à la source du problème.

En quoi des cours de yoga aident-il à résoudre les problèmes de plannings serrés ou de manque de main-d’œuvre suite à une vague de démission ? Si faire du yoga est positif pour réduire le stress, c’est une mesure qui s’attaque à la conséquence du problème et pas à sa cause.

 Ainsi, il est crucial pour les employeurs de mettre le doigt sur les causes de mal-être au travail de leurs collaborateurs et de ne pas se contenter de proposer des mesures cosmétiques qui auront un effet positif uniquement sur le court terme. 

questionnaire pour évaluer sa satisfaction au travail

Questionnaire diagnostic

Évaluez votre niveau de satisfaction au travail

Pensez-vous être aussi motivé que Barack Obama ou Lady Gaga pour aller travailler ?

Prendre la problématique du bien-être au travail dans sa globalité

Dans ce paragraphe, nos coachs vous proposent quelques pistes de réflexion pour agir sur la qualité de vie au travail dans son ensemble.

Étape 1 : Faire l’état des lieux du bien-être au travail

Un des premiers challenges du bien-être au travail pour les entreprises est d’arriver à l’évaluer. Quel est le niveau de satisfaction des salariés sur leurs conditions de travail ? Comment se sentent-ils au quotidien ?

Pour cela, plusieurs solutions sont possibles :

  • Regarder les indicateurs d’un label comme Great Place To Work et élaborer un questionnaire à envoyer à ses collaborateurs ;
  • Faire appel à un organisme externe pour mener des enquêtes anonymes auprès de ses salariés ;
  • Monitorer le turn-over, un bon indicateur pour évaluer l’engagement et la satisfaction de ses collaborateurs.

 Étape 2 : Améliorer les conditions et le cadre de travail si nécessaire

Avant d’investir dans des équipements coûteux comme l’aménagement d’infrastructures de sport ou d’une salle de repos, une entreprise devrait regarder comment améliorer l’ambiance de travail et faciliter un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Encourager les collaborateurs à avoir une meilleure hygiène et de vie et faire plus de sport grâce à des cours sur place et des conférences sur l’alimentation peut être une solution parmi de nombreuses possibles. Toutefois, ce n’est pas une solution miracle.

Étape 3 : Miser sur la collaboration

En particulier avec la mise en place des modes de travail hybrides et du télétravail, les cas d’isolement sont de plus en plus fréquents. Il conviendra ainsi de former chaque manager de proximité à repérer et éviter ces situations de solitude qui peuvent être néfastes pour le bien-être au travail et la santé mentale des collaborateurs.

Miser sur la collaboration pour améliorer durablement le bien-être au travail

Étape 4 : Ne pas négliger l’impact du management sur le bien-être au travail

L’étude Gallup révèle également que les managers jouent un rôle à 70 % dans l’évolution de l’engagement de leurs équipes. Sans faire porter toute la responsabilité sur les chefs d’équipe, une entreprise doit tout de même investir dans la formation de ses managers. Ces derniers doivent apprendre à devenir des coachs auprès de leurs collaborateurs et à faire preuve de bienveillance.

Pour aller plus loin, découvrez notre dossier complet pour devenir un manager bienveillant.

Étape 5 : Accompagner chacun à se développer professionnellement

Enfin, les entreprises devront essayer au maximum d’aider individuellement et collectivement leurs collaborateurs à se sentir plus épanoui dans leur vie professionnelle et intégré dans leur entreprise. Pour cela, les solutions suivantes peuvent s’avérer bénéfiques :

  • Aider chacun individuellement à construire un plan de carrière et développer une vision pour sa vie professionnelle en accord avec ses aspirations. Ceux-ci lui permettront de se sentir plus engagé et motivé au quotidien ;
  • Permettre à chacun de prendre et trouver sa place dans son équipe, d’apprendre au contact de ses pairs et de favoriser l’intelligence collective grâce à du co-développement.

Pour cela, faire appel à un coach peut aider à booster le bien-être et l’épanouissement des collaborateurs d’une entreprise. Découvrez nos solutions de coaching pour les entreprises, mêlant séances individuelles et collectives et orientées sur l’épanouissement de chacun.

Le bien-être au travail est un sujet complexe qu’il est difficile de couvrir en profondeur en un seul article. Nous espérons toutefois que vous aurez récupéré quelques pistes de réflexion sur ses différentes composantes et comment l’améliorer durablement.

Un diagnostic de 20 minutes, ça vous tente ? 😎

Faites le point avec un conseiller Sensy pour redonner du sens à votre vie professionnelle 🚀

De quoi allons-nous parler dans ce rendez-vous ?

Nous répondrons à vos questions, nous écouterons vos attentes, vos envies, vos aspirations et nous saurons vous conseiller.

Cet échange vous permettra de faire le point sur votre situation actuelle et les obstacles qui vous empêchent d'avancer.

On vous présentera également la méthodologie Sensy, nos offres d'accompagnement, ainsi que les moyens de financement.

C'est gratuit, sans engagement, et vous n'avez rien à préparer !

A très vite !

Gérer son stress au travail : comment retrouver calme et sérénité durablement ?

Gérer son stress au travail : comment retrouver calme et sérénité durablement ?

Votre rythme cardiaque s’accélère, votre respiration se saccade : pas de doute, vous ressentez du stress. Que se soit avant un entretien d’embauche, devant une to-do list un peu longue ou au moment de vous rendre à votre entretien annuel, c’est un mécanisme normal. Ce shot de cortisol occasionnel peut même vous aider à vous dépasser et faire de votre mieux ! Le vrai problème, c’est quand ce sentiment qui peut aller jusqu’à l’angoisse est présent un peu trop souvent. Alors, quels sont les facteurs de stress au travail et les conséquences associées ? Quelles solutions existent pour sortir du cercle vicieux du stress chronique ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions et vous donnons toutes les clés pour gérer son stress au travail. Le tout naturellement et sans artifice. Êtes-vous prêt à vous détendre durablement ?

Le stress : fléau des temps modernes

Le mécanisme du stress

Pourquoi ressentons-nous du stress ? Initialement, le stress est un mécanisme naturel de notre corps. Il se manifeste pour nous protéger d’un danger imminent qui menace notre survie. S’il était bien utile à l’époque de la Préhistoire pour prendre la fuite face à des animaux sauvages et autres dangers de la nature, peut-être l’est-il moins de nos jours. En effet, il est fort probable que votre survie soit rarement menacée dans votre quotidien.
Pourtant, même si vous vous retrouvez rarement face à un ours, votre corps continue à libérer une hormone appelée cortisol. C’est cette dernière qui est à l’origine de toutes les symptômes du stress que vous pouvez ressentir : accélération du battement cardiaque, sueurs, maux de ventre, etc.
La cause racine de votre stress est simple : en tant qu’être humain, vous êtes un animal social. Alors quand vous vous sentez stressé avant un entretien d’embauche, suite à une remarque négative de notre manager ou au moment de prendre la parole en public, c’est la peur de vous sentir rejeté qui remonte. Comprendre cela va déjà vous aider à relativiser et mieux gérer votre stress au travail.

Les effets du stress sur le cerveau et le corps

Le souci principal avec nos vies professionnelles actuelles, c’est qu’il faut tout faire plus vite, plus efficacement, tout en gérant des sollicitations et des demandes permanentes. Dans ce contexte, se sentir dépassé par l’ampleur des tâches et des choses à faire peut grandement participer à alimenter notre stress. Nous avons peur de mal faire les choses, de décevoir nos collègues et de se faire rejeter par notre manager. Le stress chronique devient alors un problème récurrent pour bon nombre d’entre nous. C’est dans ces circonstances que les outils de gestion du stress s’avèrent d’une grande utilité !

Les effets du stress sur le cerveau et le corps sont malheureusement non négligeables à long terme. À ce sujet, nous vous conseillons la vidéo ci-dessous, qui présente bien les conséquences sur notre organisme du stress au travail. N’oubliez pas d’activer les sous-titres en français si besoin.

Les facteurs de stress au travail

Les causes du stress au travail sont nombreuses, variées et peuvent en plus se cumuler. Afin de prendre les actions nécessaires, il est essentiel de savoir les repérer avant tout.

Des relations difficiles avec ses collègues

Ne pas bien s’entendre avec ses pairs ou son supérieur hiérarchique peut être une source importante d’angoisse. Cela peut générer des sentiments d’exclusion et de manque de soutien difficiles à vivre.

Une charge de travail trop importante

Il n’y a rien de pire pour la sérénité d’esprit que d’avoir l’impression d’être sous l’eau et de ne pas avoir assez de temps pour remplir toutes ses obligations.

Des changements importants d’organisation

Que ce soit une nouvelle orientation des objectifs de l’entreprise ou un manque de stabilité dans le management, ce genre de situation imprévisible qui demande de s’adapter rapidement est hautement génératrice de stress.

Un travail ennuyeux

Des tâches répétitives et peu de perspectives d’évolution : voilà le cocktail gagnant pour avoir le sentiment d’être coincé, sans potentiel de développement ou de croissance personnels auxquels se rattacher.
Comment retrouver calme et sérénité avec un travail ennuyeux ?

Des conflits de valeurs

Travailler pour un employeur qui ne partage pas ses propres valeurs peut créer une désagréable sensation de ne pas se sentir à sa place. De quoi faire perdre engagement et sérénité d’esprit très rapidement.

Un mauvais équilibre entre sa vie privée et sa vie professionnelle

Heures supplémentaires, soirées tardives, absence de déconnexion le week-end : le fait d’être toujours relié au travail peut avoir des conséquences assez néfastes sur son propre bien-être.

Une absence de sécurité de l’emploi

Si l’entreprise commence à battre de l’aile et que des vagues de licenciement se profilent, il peut être facile de sombrer dans l’angoisse de se retrouver sans activité du jour au lendemain et d’en venir à redouter chaque nouvelle journée au travail.

Un sentiment d’incompétence ou de sur-compétence

Être sous-qualifié ou surqualifié n’est jamais très agréable. Dans le premier cas, vous craignez que votre incompétence soit révélée au grand jour. Dans le second cas, c’est l’ennui et le manque d’accomplissement professionnel qui planent.

Un environnement pénible

Que ce soit un trajet domicile-travail trop long ou des bureaux peu accueillants, l’environnement joue également un rôle important dans le bien-être au travail.

Avec cette longue liste d’éléments peu réjouissants, notre volonté n’est pas de vous peindre un tableau tout noir ! Au contraire, essayez plutôt de voir tous ces exemples comme une opportunité d’identifier précisément les situations de stress dans votre vie professionnelle actuelle.
questionnaire pour évaluer sa satisfaction au travail

Questionnaire diagnostic

Évaluez votre niveau de satisfaction au travail

Pensez-vous être aussi motivé que Barack Obama ou Lady Gaga pour aller travailler ?

Gérer son stress au travail naturellement

Maintenant que vous avez identifié les causes de votre propre stress au travail, une question demeure : comment gérer son stress naturellement ? Dans cette section, nous vous donnons 6 clés pour améliorer votre gestion du stress et des émotions.

#1 Repérer ce qui est de son ressort

Malheureusement, certaines situations stressantes ne dépendront pas de vous. C’est le cas par exemple d’un changement de management fréquent dans votre entreprise ou d’une vague de licenciement qui approche. Dans ce genre de cas, la seule chose que vous pouvez faire est de relativiser et de travailler votre état d’esprit pour que la situation vous atteigne le moins possible.

#2 Agir

Un moyen de préserver votre santé mentale et de faire baisser votre niveau de stress est de passer à l’action. L’inaction, c’est le terreau parfait pour ressasser, se morfondre et rester dans son état d’esprit tourmenté. Si la situation dépend de vous, demandez-vous ce que vous pouvez mettre en place pour agir. Par exemple :
  • vous êtes surqualifié ou sous-qualifié pour vos responsabilités professionnelles actuelles ? Essayez de demander un plan de formation pour monter en compétences ou proposez-vous pour prendre des responsabilités supplémentaires et retrouver le goût du défi ;
  • votre équilibre entre vie privée et vie professionnelle est mauvais ? Parlez-en à votre manager pour diminuer votre charge de travail. Mettez également en place des moyens pour déconnecter totalement : retirer les notifications professionnelles sur son téléphone ou l’éteindre à la fin de la journée, laisser son ordinateur au bureau, etc.
Si la situation ne dépend pas de vous, parlez-en autour de vous. Ouvrez-vous à d’autres collègues qui sont dans le même cas que vous pour voir s’ils trouvent également le problème pesant. Discutez avec votre hiérarchie. Fixez-vous enfin une date limite à laquelle, si la situation n’a pas évolué malgré vos discussions et demandes, vous commenceriez à chercher un nouveau travail.

#3 Découper ses objectifs et tâches

Si vous êtes dans le cas où votre to-do list et vos tâches en cours sont des sources de stress, demandez-vous toujours : « puis-je découper cet objectif ou cette tâche pour qu’il paraisse moins intimidant ? » Souvent, en découpant sa to-do list en mini-tâches indépendantes avec un mini-objectif associé, le problème vous semblera moins impressionnant et vous générera moins de stress.

Ainsi, des exemples de mini-tâches peuvent être : élaborer le plan d’un long rapport à rédiger, faire un brouillon pour une offre de stage, etc.

Pour aller plus loin, découvrez la méthode GTD qui vous permet de vous organiser de manière productive et efficace en gardant la vision de vos objectifs à tout instant.

#4 Prioriser, dire non, déléguer

C’est le triptyque gagnant si vous avez toujours l’impression d’être sous l’eau, d’avoir des milliers de choses à faire en parallèle et de ne plus savoir où donner de la tête. Regardez votre to-do list et demandez-vous pour chaque élément :

  • puis-je le déléguer à quelqu’un qui le fera plus rapidement que moi ou qui sera heureux de remplir ce type de tâches ?
  • est-ce une priorité à faire absolument aujourd’hui ?
Nous vous recommandons même de définir la tâche la plus importante de votre to-do list dès le matin et de vous dire : « si cette tâche est faite ce soir, ma journée sera réussie ! » Effet détente garantie.
Enfin, pour éviter que votre to-do list ressemble à un parchemin à rallonge, apprenez à dire non ! Si vous avez déjà trop de choses à faire, refusez les demandes et choses supplémentaires poliment et sans vous confondre en justifications. Vous pourrez ainsi vous concentrer sur vos engagements déjà pris.

#5 Préserver son hygiène de vie

Pour diminuer durablement vos niveaux de stress, rien de mieux qu’une bonne hygiène de vie ! Ne négligez pas votre temps de sommeil et sa qualité. Pour des nuits bien reposantes, déconnectez des écrans au moins une heure avant d’aller dormir, évitez la caféine l’après-midi, soyez raisonnable sur votre consommation d’alcool et ne mangez pas trop lourd le soir.

Soignez également votre alimentation autant que possible en évitant de sauter des repas et en adoptant des habitudes alimentaires saines.

Retrouvez calme et sérénité en préservant votre hygiène de vie

Ne négligez pas non plus l’activité physique, en particulier si votre journée de travail est passée en majorité sur une chaise derrière un écran. Le sport est un anti-stress naturel et un excellent moyen d’améliorer la qualité de son sommeil. Évitez toutefois les sports trop intenses 2 à 3 heures avant votre heure de coucher. Pas besoin d’être un grand athlète pour voir tous les bénéfices de l’activité physique. Des pratiques douces comme le yoga et les pilates sont très efficaces.

Enfin, autorisez-vous le droit de déconnecter et de faire autre chose que travailler. Pour plus de conseils à ce sujet, découvrez comment préserver votre équilibre entre vie privée et vie professionnelle, même en télétravail.

#6 Tester des méthodes de relaxation

Pour finir, si vous continuez à être stressé régulièrement, essayez d’adopter des pratiques de relaxation régulières. Voici nos préférées qui sont faciles à mettre en place au quotidien. Vous pouvez même les faire sans quitter votre chaise de bureau :
  • la méditation ;
  • la cohérence cardiaque ;
  • la visualisation ;
  • la relaxation musculaire progressive.

Pour découvrir en détail ces 4 exercices pour se relaxer, rendez-vous sur notre article dédié.

sens motivation équilibre raison d'être

Mini parcours gratuit

7 jours, 7 e-mail, 7 réflexions

Recevez un email pendant 7 jours dans votre boîte mail pour commencer votre introspection et construire une vie professionnelle qui a du sens !

Mieux gérer son stress au travail n’a maintenant plus de secret pour vous ! Alors qu’allez-vous mettre en place pour vous détendre ? Racontez-nous en commentaire !

Et si vous restiez un peu plus longtemps avec nous ? Découvrez la méthode complète garantie sans stress pour mieux gérer son temps de travail et retrouver enfin du temps pour soi !

Nos conseils pour trouver un travail quand on est timide

Nos conseils pour trouver un travail quand on est timide

Réunion d’équipe, 10 h du matin. Alors que vous pianotez distraitement sur votre clavier en écoutant d’une oreille votre manager, vous entendez celui-ci s’adresser à vous : « qu’en penses-tu ? » Vous sentez tous les regards de la salle se tourner vers vous. Votre rythme cardiaque s’accélère, vos mains deviennent moites, le rouge vous monte aux joues. Vous vous entendez donner une réponse discrète et peu assurée. Un collègue vous lance alors : « tu peux parler plus fort ? » Pas de doute : être timide en entreprise n’est pas facile tous les jours… Mais est-ce vraiment un défaut d’être réservé au travail ? Faut-il forcément se tourner vers un métier solitaire ? Comment vaincre sa timidité pour réussir ses entretiens d’embauche ? Dans cet article, nous vous donnons tous nos conseils pour mieux vivre sa vie professionnelle et trouver un travail quand on est timide, même si vous avez l’impression de vous sentir inadapté au monde du travail.

La timidité : pas que des inconvénients !

Est-ce une maladie d’être timide ?

Le dictionnaire Le Robert parle d’un « manque d’aisance et d’assurance en communauté » pour qualifier la timidité. Très loin donc d’être une maladie, il s’agit plutôt d’un trait de caractère.
D’après une étude réalisée par l’université de Stanford, entre 40 et 60 % de la population se considère timide. Bien sûr, la timidité se manifeste à différents degrés et de différentes façons selon les individus. Certains ont du mal à prendre la parole en public de manière assurée mais n’ont aucun souci à aborder un inconnu isolé. D’autres ressentent une vraie anxiété à parler à une nouvelle personne, mais sont très à l’aise sur une scène de théâtre.
En particulier en entreprise, vous pouvez avoir l’impression que votre timidité au travail est une vraie tare. Pour cause, ce sont souvent des caractères de personnes à l’aise socialement qui sont valorisés. Ceux qui savent être très fermes face aux fournisseurs, convaincants auprès des clients et à l’aise dans les échanges avec la hiérarchie semblent rafler tous les lauriers. Mais chers timides, ne négligez pas vos nombreuses qualités : elles sont tout aussi précieuses !

Les points forts des timides

Eh oui, nous en sommes persuadés ! En tant que timide, vous avez des points forts valorisables en entreprise :
  • une grande capacité d’écoute : vous donnez toute votre attention à vos interlocuteurs pour répondre de la façon la plus pertinente possible. En faisant cela, vous comprenez leurs attentes et leurs besoins, une qualité essentielle en relation client par exemple ;
  • une observation hors pair : vous êtes très attentif à votre environnement. Ainsi, vous pouvez repérer ce collègue qui a l’air un peu moins joyeux que d’habitude et lui offrir un café ;
  • une habitude de réflexion innée : vous tournez 7 fois la langue dans votre bouche avant de parler et, en entreprise, c’est souvent très apprécié ;
  • une empathie à toute épreuve : vous êtes à l’écoute des sentiments des autres, même ceux de ce collègue insupportable.
À cette liste, vous pouvez ajouter de la modestie et une créativité souvent débordante ! Alors êtes-vous convaincu ? N’oubliez pas de mettre en avant toutes ces qualités dans vos CV, lettres de motivation et pendant vos entretiens d’embauche. Les recruteurs n’y seront pas insensibles !
L'un des points forts des timides, est la créativité

Choisir son activité professionnelle en prenant en compte sa timidité : bonne ou mauvaise idée ?

Un choix personnel

Quand vient le moment de réfléchir à votre voie professionnelle et votre carrière, vous vous posez la question légitime de prendre en compte ou non ce trait de caractère qui fait entièrement partie de votre personnalité. Sur cette question, nous vous recommandons de vous écouter avant tout.

Si rien que l’idée de devoir vendre un produit en personne, défendre un client devant un juge ou enseigner à une classe remplie vous donne des sueurs froides, peut-être que les carrières classiques d’avocat, de commercial ou de professeur ne sont effectivement pas compatibles avec votre timidité.

Toutefois, avant de taper « métier pour phobique social » sur Google, n’oubliez pas non plus de prendre en compte vos envies et aspirations. Vous sentez que votre vocation est de transmettre, mais devenir professeur vous semble impossible ? Ne vous fermez pas de portes et n’oubliez pas d’envisager des alternatives : cours particuliers, accompagnement en ligne, etc.
Prenez en compte votre timidité car elle fait partie de votre personnalité. Mais ne la laissez pas non plus vous bloquer et vous détourner de votre véritable aspiration !

Quelques idées de métiers pour personnes timides à envisager

Pour vous aider dans votre réflexion, voici quelques idées de métiers qui iraient parfaitement à des personnes timides, sans faire de vous un ermite :
  • les métiers du web : développeur, rédacteur, web-entrepreneur, etc. Toutes ces activités pour introvertis et timide vont vous faire passer la majorité de votre temps en solo derrière votre écran d’ordinateur ;
  • garde forestier : si vous n’aimez pas travailler assis à un bureau, vous pouvez vous renseigner sur les métiers solitaires dans la nature ;
  • coach ou psychologue : certes, vous devrez interagir au quotidien avec d’autre personnes. Toutefois, vous serez rarement en compagnie de plus d’une à la fois et vous pourrez mettre à profit votre empathie et votre capacité d’écoute pour aider les autres ;
  • métiers administratifs : comptable, juriste, notaire, etc. Si vous êtes organisé, aimez les chiffres, ces métiers sont peut-être faits pour vous !
  • artisan : si vous aspirez à une carrière créative et un brin artistique, renseignez-vous sur les métiers de l’artisanat. Vous aurez sûrement un côté commercial à développer mais certains timides font des miracles quand il s’agit de parler de leur passion !
sens motivation équilibre raison d'être

Mini parcours gratuit

7 jours, 7 e-mail, 7 réflexions

Recevez un email pendant 7 jours dans votre boîte mail pour commencer votre introspection et construire une vie professionnelle qui a du sens !

Réussir sa recherche d’emploi et trouver un travail quand on est timide

Si vous avez déjà une idée précise de la carrière vers laquelle vous souhaitez vous tourner, vient le moment tant redouté de trouver un nouveau travail ! Entre les entretiens d’embauche, les négociations et la rencontre de tous les futurs collègues, changer d’entreprise ou de cadre professionnel n’est pas chose aisée pour un timide. Voici quelques conseils pour vous aider à bien vivre cette période et votre nouvelle vie professionnelle.

Se préparer, se préparer, se préparer

Nous pouvons parier que les situations qui  génèrent le plus d’anxiété sociale pour vous sont celles qui sont inattendues. Ce sont tous ces moments où vous devez parler alors que ce n’était pas du tout prévu ! Si c’est le cas pour vous, nous ne pouvons que vous recommander de bien préparer vos entretiens d’embauche en amont.

Essayez de réfléchir à vos réponses aux questions les plus fréquentes en entretien à l’avance, projetez-vous face au recruteur pour vous préparer psychologiquement, renseignez-vous sur l’entreprise. Si vous vous sentez vraiment trop stressé à l’approche du grand jour, essayez un des 4 exercices de relaxation recommandés par nos coachs.

Travailler sa confiance en soi

D’après le webzine Psychologies, derrière la timidité se cache toujours un manque de confiance en soi. Peut-être d’ailleurs constatez-vous que vous êtes timide au travail sans l’être dans votre sphère privée. C’est sûrement que vous manquez de confiance en vous dans votre vie professionnelle. Être réservé est la façon dont cela se traduit.

Heureusement, booster sa confiance en soi au travail est possible ! Découvrez nos 2 articles sur le sujet pour commencer à travailler sur les causes de votre timidité :

Vaincre sa timidité professionnelle

Si vous souhaitez aller plus loin pour dépasser votre timidité et diminuer votre stress lors d’un contact social, voici quelques pistes qui pourraient vous aider à passer à l’action :
  • participer à un atelier de confiance en soi ou de prise de parole en public pour bénéficier de conseils concrets et de mises en pratique ;
  • s’inscrire à un stage de théâtre ou d’improvisation. Ce genre d’activités peut vous aider à apprendre à parler fort, à maîtriser votre langage corporel et vraiment être bénéfique en période de recherche d’emploi ;
  • se lancer des petits défis quotidiens : demander une information à un collègue en personne plutôt que par chat ou e-mail, lancer un sujet à la pause déjeuner, etc. À vous d’identifier des petits challenges qui pourront vous aider à dépasser votre timidité ;
  • travailler avec un coach professionnel. Avec un accompagnement de ce type, vous apprendrez à mieux vous connaître, prendrez conscience de vos qualités et de vos talents et aurez des outils concrets pour gagner confiance en vous. C’est le cocktail gagnant pour réussir vos entretiens et décrocher ce job ou construire cette carrière qui vous fait rêver !

Vous vous demandez comment un coach pourrait vous accompagner ? Découvrez pourquoi faire appel à un coach professionnel en 6 situations adaptées.

Pour vous accompagner pas à pas dans votre recherche d’emploi, découvrez notre programme de coaching ROCK qui s’adapte à vous et votre situation !
Vous avez maintenant plusieurs conseils pour trouver un travail en étant timide ! Quel est l’aspect le plus difficile de votre recherche d’emploi en tant que personne réservée ? Racontez-nous en commentaire !

Pour aller plus loin, découvrez notre guide complet pour réussir votre recherche d’emploi et décrocher le job de vos rêves !

La méthode sans stress et pas à pas pour gérer son temps de travail

La méthode sans stress et pas à pas pour gérer son temps de travail

Savoir gérer son temps de travail, c’est le défi de tous au XXIe siècle : salariés, entrepreneurs et même étudiants ! Entre les centaines de méthodes pour organiser son travail, les outils de productivité à gogo et les hacks de gourous de l’efficacité, il est compréhensible que vous ne sachiez plus où donner de la tête. Mais ce n’est pas une raison pour renoncer : les avantages d’une bonne organisation au travail valent le coup ! Dans cet article, nous vous donnons une méthode pas à pas, conçue avec uniquement des outils simples et intuitifs. Concentrez-vous sur l’essentiel, réduisez et organisez votre emploi du temps. Apprenez ainsi facilement la gestion du temps et du stress et retrouvez calme et sérénité au quotidien. Vous aurez également toutes les clés pour reprendre le contrôle de vos journées et enfin parvenir à vous libérer des moments de repos bien mérités ! Gérer son temps de travail n’aura bientôt plus de secret pour vous.

#1 Définir ses objectifs

Une des premières étapes avant de vous lancer dans les méthodes de gestion du temps est de s’attaquer à vos priorités. Pour cela, il vous faut des objectifs clairs et précis, à court terme, mais aussi à long terme ! Vous avez un vrai travail d’introspection à mener pour définir quels aspects de votre vie sont les plus importants pour vous. Alors munissez-vous d’un papier, d’un stylo et c’est parti !

Construire un projet de vie

Pour commencer, nous vous conseillons de réaliser un exercice de projection et d’imaginer précisément votre vie dans 5 ans.

  • Où vivez-vous ? En ville, à la montagne, en bord de mer, à la campagne ? Êtes-vous dans un appartement en plein centre-ville ou plutôt entouré de nature avec un potager luxuriant dans votre jardin ?
  • Comment voyez-vous votre équilibre entre vie privée et vie professionnelle ? Quand travaillez-vous et combien d’heures par semaine ?
  • Exercez-vous toujours le même métier qu’actuellement ? Si oui, avez-vous gagné en responsabilités, pris en main un nouveau projet ? Si non, avez-vous changé d’entreprise, de secteur, voire vous êtes-vous lancé dans une activité complètement différente ?
  • À quoi ressemble votre temps libre ? Est-il riche en aventure, en voyage et en expérience ? Rempli de moments de qualité avec vos proches ? Dédié à votre créativité ou vos performances physiques ?
 

Identifier ses priorités

À partir de ce projet de vie, identifiez les différences avec votre quotidien actuel et déduisez-en une liste d’objectifs. Maintenant, classez vos objectifs par catégorie :
  • professionnel : obtenir une promotion, changer de secteur ;
  • financier : acheter une maison, investir pour les études de ses enfants ;
  • altruiste : pratiquer une religion, devenir bénévole dans une association ;
  • éducationnel : apprendre à peindre, publier un livre, voyager autour du monde ;
  • relationnel : voir régulièrement ses amis, être un parent investi et présent ;
  • physique : pratiquer le tennis en compétition, courir un semi-marathon.
Attention à ne pas vous fixer de gros objectifs dans chacune des catégories ! En faisant cela, vous prenez le risque de ne pas voir d’avancée significative vers chacun de vos buts et de vous décourager. C’est sûrement le plus grand mythe de la plupart des outils de gestion du temps : vous faire croire que si vous avez la bonne méthode, vous pourrez tout faire. C’est faux ! Il est indispensable que vous définissiez des priorités selon ce qui vous semble le plus important pour vous, votre équilibre, vos aspirations.

Identifiez dès maintenant 2 ou 3 catégories que vous souhaitez privilégier dans votre vie et qui vous semble les plus importantes. Ce sont celles sur lesquelles vous allez investir la majorité de vos ressources. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas avoir d’objectif dans les autres catégories, mais ceux-ci devront juste être plus modestes.

Laissez-vous le temps de construire une vision claire de vos objectifs et de vos priorités. Quand vous vous sentez prêt, c’est le moment de rentrer dans le vif du sujet : la gestion du temps !

Si vous souhaitez approfondir votre définition de priorités, découvrez notre article dédié pour savoir comment trouver vos objectifs de vie.

questionnaire pour évaluer sa satisfaction au travail

Questionnaire diagnostic

Évaluez votre niveau de satisfaction au travail

Pensez-vous être aussi motivé que Barack Obama ou Lady Gaga pour aller travailler ?

#2 Réduire ses tâches à faire

Maintenant que vous avez les idées à peu près claires sur vos priorités, vient ensuite l’étape tant redoutée, mais pourtant indispensable : faire le tri dans ses tâches et ses obligations pour ne garder que l’essentiel.

Dire non

S’il y a bien une chose qui devrait être enseignée à l’école, c’est d’apprendre à dire non ! Eh oui, refuser quelque chose sans culpabiliser ou avoir peur de blesser quelqu’un n’est facile pour personne. Pourtant, si vous voulez retrouver le contrôle sur votre quotidien et enfin vous accorder du temps pour vous, vous allez devoir passer par là.

Vos priorités et objectifs définis, vous devez maintenant arriver à identifier plus facilement à quoi dire non. Par exemple, si vous voulez passer plus de temps avec votre famille, refuser de prendre un projet supplémentaire au travail est probablement une bonne idée.

Alors que pourriez-vous dire à votre manager dans ce cas-là ? Une réponse adéquate pourrait être la suivante. « Je ne vais pas pouvoir prendre en charge cette responsabilité supplémentaire. Par contre, David cherche à développer son champ d’actions et il est très compétent, tu pourrais peut-être voir avec lui. » Dans cette réponse, vous avez 2 éléments essentiels pour dire non de manière appropriée :
  • un non sans justification : si vous ne le souhaitez pas, vous n’avez pas besoin de donner d’excuse à votre interlocuteur. Refuser une demande est légitime ;
  • un refus avec une alternative : évitez au maximum les non secs. Essayez toujours de proposer une alternative ou une ouverture. Là, vous recommandez un autre de vos collègues. Au refus d’une invitation à sortir, vous pouvez aussi dire : « peut-être la prochaine fois ».

Déléguer

Une autre façon très efficace de réduire sa liste de tâches à faire est de déléguer. Que ce soit les corvées domestiques ou certaines de vos missions au travail, vous avez peut-être des possibilités pour vous décharger d’une partie de vos responsabilités.

Au travail, par exemple, commencez par identifier les tâches qui ne sont pas très enrichissantes pour vous, qui pourraient être automatisées ou réalisées par un de vos collègues. Si vous ne voyez rien qui vous saute aux yeux, mais que vous vous sentez toujours aussi débordé, parlez-en ouvertement à votre manager, qui sera peut-être favorable à l’embauche d’un stagiaire ou d’un autre collaborateur pour vous prêter main forte.

La matrice Eisenhower pour réduire sa to-do list et gérer son temps de travail

Enfin, pour réduire vos tâches à faire chaque jour à l’essentiel, nous vous recommandons fortement de tester la technique de la matrice Eisenhower. Le concept est simple. Pour chaque élément de votre to-do list, identifiez son niveau d’urgence et d’importance et appliquez l’action adéquate :
  • supprimer ce qui est peu urgent et peu important ;
  • déléguer si possible ce qui est urgent mais peu important ;
  • faire en priorité ce qui est urgent et important ;
  • planifier dans son agenda ce qui est peu urgent mais important.
Avec cette méthode, vous devriez déjà arriver à en finir avec les to-do list longues comme le bras et à vous recentrer sur l’essentiel !
Maîtriser sa charge mentale en arrêtant les to-do liste à rallonge

#3 Maîtriser sa charge mentale

Un autre élément qui peut grandement contribuer à votre stress et vous épuiser rapidement est la surcharge mentale. Entre les choses à ne pas oublier et les pensées parasites qui tournent en boucle dans votre tête, travailler de manière efficace et productive peut devenir un véritable parcours du combattant. Pour vous aider, voici 2 techniques éprouvées pour vider votre cerveau. 

La puissance de la to-do list

Contrairement à ce que vous pouvez penser, votre cerveau n’est pas fait pour stocker des informations à gogo. Une pensée qui reste en arrière-plan de votre cerveau ne va faire que vous perturber et vous surcharger. C’est pour cela que nous vous recommandons de tout noter ! Passer à la boulangerie après le travail, imprimer le dossier d’inscription pour le karaté, appeler le vétérinaire pour le chat, ne laissez pas votre cerveau emmagasiner des informations superflues.

Pour aller plus loin et organiser vos to-do lists efficacement, sans surcharge mentale et sans rien oublier, découvrez la méthode GTD et 2 outils pour la mettre en pratique dès aujourd’hui.

La règle des 2 minutes

Un autre théorème de productivité efficace et facile à mettre en œuvre, c’est la règle des 2 minutes. Si une nouvelle tâche arrive dans votre to-do list, demandez-vous toujours : « est-ce qu’elle va me prendre moins de 2 minutes ? » Si la réponse est oui, n’attendez pas et faites-la maintenant. Que ce soit répondre à un e-mail, passer un coup de fil ou remplir un document, c’est un excellent moyen d’éviter le superflu dans son quotidien !

Pour approfondir cette thématique, découvrez 6 conseils concrets et faciles à appliquer pour réduire sa charge mentale.

#4 Gérer son temps de travail en adoptant une organisation efficace

Maintenant que vos tâches à faire sont réduites à leur strict nécessaire et répondent bien à vos priorités du moment, parlons de comment gérer son temps pour être plus efficace.

Bloquer du temps pour ses 3 tâches les plus importantes chaque jour

Grâce à la matrice Eisenhower, vous ne devriez avoir aucune difficulté à identifier vos 3 tâches prioritaires de la journée à venir. Le chiffre 3 est assez arbitraire, n’hésitez pas à réduire à 1 ou 2 si vous avez des gros objectifs. Mais attention, au-delà de 3 priorités, vous prenez des risques ! Pour chacune des tâches, bloquez des créneaux dans votre agenda pour les faire. De cette façon, vous ne planifierez pas de réunions ou ne perdrez pas de temps à vérifier vos e-mails à ces moments-là. Ils seront dédiés uniquement à vos principaux objectifs de la journée !

La règle des 5 minutes pour combattre la procrastination

Au moment de vous atteler à une tâche difficile ou qui vous fait peur, il peut être tentant de regarder votre smartphone ou de vérifier une nouvelle fois vos e-mails. S’il vous arrive souvent de céder à la tentation de la distraction, adoptez la règle des 5 minutes. Attelez-vous à votre tâche redoutée pendant 5 minutes seulement. Vous constaterez que, dans la plupart des cas, le plus difficile est juste de commencer la tâche. Une fois que vous êtes lancé, il est probable que vous continuiez au-delà des 5 minutes.

Pour combattre la procrastination, faites également la chasse aux distractions. Laissez votre téléphone hors de votre portée et de votre vue lorsque vous travaillez. Désactivez les notifications de votre boîte de réception e-mail et mettez-vous en statut « ne pas déranger » sur votre messagerie instantanée.

Découvrez notre article complet et d’autres outils pour combattre la procrastination.

S’organiser selon son rythme naturel

Un élément très souvent négligé, mais qui peut vous faire gagner un temps considérable, c’est de connaître et d’organiser votre temps selon votre rythme naturel. Si vous êtes efficace le matin, prévoyez vos tâches difficiles et qui demandent de la concentration à ce moment-là. En revanche, si vous êtes plutôt du soir, préférez les matinées pour traiter vos e-mails par exemple. Au moment de bloquer vos créneaux pour les 3 priorités de votre journée, posez-vous la question du niveau d’énergie requis et choisissez le moment le plus adapté en conséquence.

Envie de découvrir si vous êtes plutôt du soir, du matin ou entre les 2 ? Apprenez à connaître votre chronotype dans notre article dédié et identifiez le moment idéal de votre journée pour faire du sport, planifier votre travail concentré ou vos réunions !

Faire des pauses régulières

Enfin, comme entre 2 séances de sports, reposez-vous entre 2 séances de travail ! Votre cerveau a aussi besoin de repos, ne l’oubliez pas. Alors prenez une vraie pause déjeuner sans être assis à votre chaise de bureau. Allez marcher, faites du sport ou passez un moment convivial avec vos collègues favoris, vous n’en reviendrez que plus efficace pour attaquer l’après-midi !

Coupez également vos matinées et après-midis avec des petites pauses de 10 à 15 minutes. Levez-vous de votre chaise, étirez-vous, faites quelques pas. Évitez la lecture pendant ces moments de pause, il s’agit d’une activité qui vous demande trop de concentration. Limitez aussi les réseaux sociaux, desquels il peut être difficile de décrocher à la fin de votre pause.

Gérer son temps au travail

#5 Adopter le bon état d’esprit

En finir avec le perfectionnisme pour gérer son temps de travail

Souvent plus facile à dire qu’à faire, nous vous l’accordons ! Toutefois, le perfectionnisme peut être néfaste pour votre carrière, votre équilibre entre vie privée et vie professionnelle et finalement bien vous pourrir la vie. Pour changer votre état d’esprit vis-à-vis du degré de perfection de vos rendus, familiarisez-vous avec la loi de Pareto des 80-20. 80 % des résultats sont générés par 20 % des efforts. Les 80 % d’efforts restants ne généreront que 20 % des résultats.

Le challenge est donc d’arriver à identifier ces 80 % de résultats et les 20 % de tâches qui les produisent et de concentrer son énergie là-dessus. Pour les 20 % de résultats restants, vous pouvez éventuellement les déléguer (si vous connaissez quelqu’un qui y mettra moins d’énergie et d’effort que vous) ou vous en passer.

Le perfectionnisme vous obtenait de bons résultats à l’école, mais dans le monde du travail, c’est souvent l’inverse. À passer trop de temps sur des tâches non essentielles, vous serez moins susceptible d’obtenir des promotions ou plus de responsabilités. Pour décrypter un peu plus votre besoin de perfection, rendez-vous dans notre dossier dédié au perfectionnisme.

Apprendre à gérer son stress

Le stress est l’ennemi de votre productivité : il vous empêche de vous concentrer, vous fait vous éparpiller et diminue l’efficacité de votre mémoire. Seul problème : comment faire quand il est bien installé pour s’en libérer ? Nous vous donnons nos méthodes favorites pour vous relaxer rapidement et simplement quand le stress vous taraude au bureau :
  • faire une petite marche, idéalement dans la nature. Marcher va vous permettre de bouger, de penser à autre chose et de vous aérer, un cocktail gagnant pour revenir vous installer à votre bureau zen et détendu après votre sortie ;
  • faire un exercice de relaxation : cohérence cardiaque, méditation ou visualisation. Voici par exemple 3 exercices que vous pouvez faire depuis votre chaise de bureau et sans attirer l’attention de vos collègues d’open space. Pour découvrir en détail comment mettre en pratique chacune de ces techniques, rendez-vous dans notre article dédié où nous vous présentons 4 exercices pour se relaxer au travail.

S’offrir du temps pour soi sans culpabiliser

Enfin, pour limiter le stress et garder un bon équilibre de vie, n’oubliez pas de prendre du temps pour vous ! Ce n’est pas du temps dédié à vos proches, à votre patron, à vos collègues, c’est du temps rien que pour vous ! Pendant ce moment, faites une activité qui vous ressource, vous détend et vous fait du bien.
Pour préserver au maximum ce créneau qui vous est dédié, nous vous conseillons de l’intégrer à votre routine du matin. Sans vous lever 3 heures plus tôt et commencer votre journée à 4 h 30, vous pouvez juste libérer 15 petites minutes pour commencer. Du yoga, de la méditation, des étirements, un moment de lecture, à vous d’identifier ce qui vous ferait le plus de bien. De cette façon, avant même que la folie de la journée ne soit lancée, vous aurez déjà pris un petit moment qui vous est dédié !
Si vous avez du mal à déconnecter lorsque vous travaillez depuis la maison, découvrez tous nos conseils pour préserver votre équilibre entre vie privée et vie professionnelle, même en télétravail !
Vous connaissez maintenant notre méthode pas à pas pour gérer son temps de travail, le tout sans stress et avec des techniques éprouvées et faciles à appliquer ! Pour aller encore plus loin, découvrez notre programme de coaching ROCK. Avec cet accompagnement, un coach adapté à votre profil sera là pour vous aider à mieux gérer vos émotions, booster votre confiance en vous et enfin reprendre le contrôle de votre quotidien !
9 questions à se poser avant d’accepter un poste : faites le bon choix sans vous tromper !

9 questions à se poser avant d’accepter un poste : faites le bon choix sans vous tromper !

Le grand moment est arrivé : vous avez enfin reçu un appel du recruteur et vous l’avez ! La tant attendue proposition d’embauche. À la fin de la conversation, les pensées fusent dans votre tête : « Que faire si mon nouveau travail ne me convient pas ? Si je refuse le poste, je vais repartir de zéro. Mais je me suis promis de ne pas accepter un CDI qui ne me plaît pas ! » Pas de panique, vous avez quelques jours pour réfléchir et vous renseigner avant de donner une réponse. Nous vous y aidons aujourd’hui avec 9 questions à se poser avant d’accepter un poste ! Accord avec vos valeurs, respect de votre équilibre personnel, flexibilité : vous aurez tous les éléments à la fin de cet article pour dire si cette offre d’emploi mérite un OUI enthousiaste ou un NON ferme. Prise de décision garantie sans arrachage de cheveux !

#1 L’entreprise partage-t-elle mes valeurs ?

Selon nous, c’est peut-être la question la plus importante à vous poser avant d’accepter une offre d’emploi de la part d’une entreprise. En effet, votre poste pourra évoluer, vos collègues et votre manager changeront. En revanche, les valeurs de l’entreprise resteront très probablement les mêmes ! Alors interrogez-vous bien sur cette question avant de signer votre contrat de travail.
Vous vous demandez peut-être : « mais je ne suis pas sûr de connaître mes propres valeurs, comment faire ? » Ce sujet mériterait son propre article dédié ! Toutefois, pour commencer à vous faire une idée, vous pouvez essayer les 2 exercices d’introspection suivants :
  • Qu’est-ce qui est important pour vous dans votre vie ? Est-ce la sécurité d’avoir un salaire garanti tous les mois ou plutôt la possibilité d’avoir beaucoup de temps à consacrer à votre famille ? Listez ce qui vous semble crucial. Vos valeurs principales se cachent derrière ;
  • Quelles situations vous font ressentir de l’indignation : voir quelqu’un jeter ses déchets par terre sans scrupule ? Un ami qui annule des plans avec vous au dernier moment ? Pensez à tous ces instants où vous voulez vous révolter, vos valeurs ne sont pas bien loin.

Ensuite, pour connaître les valeurs de l’entreprise qui vous propose une offre, vous pouvez commencer par éplucher son site Internet. Vous y verrez quelles causes elle défend, les valeurs mises en avant et si cela rejoint les vôtres.

Pour certaines valeurs liées à votre vie en tant que salarié, comme la liberté ou la flexibilité, c’est à vous de poser quelques questions aux ressources humaines sur la politique de télétravail ou de choix de ses horaires. Vous pouvez aussi contacter d’actuels ou anciens salariés de l’entreprise pour leur poser quelques questions sur leur quotidien si les réponses des recruteurs vous semblent insuffisantes.

À lire aussi : si l’entreprise qui vous a fait une offre n’est pas assez engagée pour vous, découvrez 4 pistes à explorer pour travailler dans le développement durable et trouver un emploi en accord avec vos valeurs.

#2 Ce poste va-t-il m’offrir le sens que je cherche dans mon travail ?

Qu’est-ce qui donne du sens à vos journées et vous fait vous sentir vivant ? Est-ce :
  • aider les autres ;
  • défendre une cause qui vous tient à cœur ;
  • mettre à profit votre créativité débordante au quotidien ;
  • relever des défis ambitieux ;
  • apprendre de nouveaux savoirs et compétences chaque jour ?
Ce ne sont que des exemples parmi une infinité de possibilités ! Voici quelques questions pour vous aider à y répondre de la façon la plus précise possible. Pensez-vous que cette offre d’emploi vous donnera envie de vous lever avec enthousiasme tous les matins ? Ressentez-vous une certaine forme d’impatience à la lecture des missions du poste ? Que vous dit votre intuition quand vous pensez à cette nouvelle mission ? Toutes ces questions peuvent vous aider à vous mettre sur la voie et vous aider à décider.
trouver un job qui respecte mes valeurs

#3 Ce nouveau travail répond-il à mes aspirations de carrière ?

Le recruteur vous a sûrement déjà posé la question : « dans quel type de poste vous projetez-vous à 5 ans ? » Reposez-vous la question, sans filtre cette fois et en prenant votre quotidien dans sa globalité. Demandez-vous : « À quoi ressemblerait ma vie idéale dans 5 ans ? » Est-ce que cette offre de CDI s’inscrit dans cette vision ? Pensez à tous les aspects en jeu :
  • lieu de vie ;
  • conditions de travail ;
  • équilibre entre vie privée et vie professionnelle ;
  • compétences développées et appliquées au quotidien ;
  • niveau de responsabilité ;
  • perspectives d’évolution suite à ce poste.

Pour vous aider à établir votre vision à long terme, découvrez notre méthode pas à pas pour trouver vos objectifs de vie.

#4 Les missions sont-elles en adéquation avec mes compétences ?

Vous n’avez pas besoin de cocher tous les prérequis de l’annonce pour accepter une offre d’emploi. Au contraire, c’est même mieux d’avoir une marge d’apprentissage et de développement et de ne pas accepter un poste au-dessus de ses compétences. C’est ce qui rend les premiers mois dans une nouvelle fonction et entreprise souvent très riches !

Toutefois, assurez-vous bien que vos missions vous permettront d’utiliser les compétences que vous souhaitez mettre à profit au quotidien. Par exemple, si vous préférez la gestion de projet à la technique, n’ayez aucun doute sur le fait que vous allez bien remplir des missions de coordination et pas vous retrouver plongé dans la résolution de problèmes épineux à longueur de journée.

À lire aussi : si c’est une jeune boîte qui cherche à vous recruter, assurez-vous que l’environnement startup va vous convenir et découvrez si quitter une grande entreprise est bien fait pour vous !

#5 Mon rôle dans l’entreprise et l’équipe me semble-t-il clair et utile ?

C’est une des questions essentielles à se poser avant d’accepter un poste ! Derrière les titres vendeurs et attractifs se cache parfois une autre réalité moins glamour. Ne vous arrêtez pas à l’intitulé de l’offre d’emploi et assurez-vous d’avoir bien cerné vos missions et votre rôle :
  • Sur quels projets allez-vous travailler ? Dans quel but ?
  • Serez-vous plutôt seul ou en équipe ?
  • Devrez-vous gérer des échanges avec des clients, fournisseurs ?
  • Avec quelles autres entités de l’entreprise serez-vous amener à échanger ?
  • À quoi ressemble une journée type sur ce type de poste ?

Essayez d’avoir des réponses fiables à ces questions, avec le minimum de zones d’ombre. Pour cela, demandez éventuellement un appel téléphonique avec votre potentiel futur manager ou un membre de l’équipe qui pourra répondre à toutes vos questions. Par exemple, si vous détestez être tout seul derrière votre ordinateur à longueur de journée ou que vous avez besoin de contacts avec les clients, assurez-vous que le poste visé répondra bien à vos besoins.

Mon rôle dans l’entreprise et l’équipe me semble-t-il clair et utile ?

#6 L’entreprise va-t-elle respecter mon équilibre entre vie privée et vie professionnelle ?

Ce n’est pas toujours évident d’avoir une réponse à cette question avant d’avoir mis les pieds dans l’entreprise en tant que salarié. Toutefois, vous pouvez déjà repérer quelques comportements qui pourraient vous mettre la puce à l’oreille :
  • À quelle heure avez-vous été reçu pour vos entretiens ? Était-ce tôt le matin ou tard le soir ?
  • Avez-vous reçu des e-mails de l’entreprise en dehors des horaires de bureau ?
Attention toutefois à ne pas miser votre décision uniquement sur cette question ! Votre futur manager est peut-être un bourreau de travail, sans que ce soit le cas de vos collègues qui sont libres de gérer leur temps comme ils le souhaitent. Côté RH, vous pouvez également demander les exigences en matière d’horaires et la politique de télétravail de l’entreprise. Vous aurez une meilleure idée du degré de liberté d’organisation des salariés et de la confiance accordée à chacun.

#7 Les collaborateurs restent-ils longtemps dans l’entreprise et sur ce type de poste ?

Pour répondre à cette question, vous pouvez prendre commencer par mener une petite enquête grâce à LinkedIn : combien de temps les salariés restent-ils dans l’entreprise ? Si, pendant vos entretiens, vous avez été en contact avec une personne passée sur des missions similaires, vous pouvez également demander directement le turn-over sur ce type de poste.

Posez également quelques questions pour décrypter les raisons qui motivent votre embauche.

  • Est-ce une création de poste ou un nouveau périmètre pour l’entreprise ? Dans ce cas-là, assurez-vous que le projet soit bien engagé et ne tombera pas à l’eau avant même votre arrivée.
  • Si vous remplacez quelqu’un, interrogez le recruteur sur les raisons de son départ. Est-ce une évolution normale vers un nouveau poste ou une démission ? Essayez de détecter les signaux qui vous inviteraient à être vigilant avant d’accepter cette mission à votre tour.

#8 Quels avantages m’offre l’entreprise ?

Le salaire est-il négociable ? Si vous avez le sentiment d’avoir été un peu lésé sur cet aspect crucial, n’hésitez pas à mettre en avant vos compétences passées et votre expertise pour demander une réévaluation de votre salaire d’embauche.

N’oubliez pas non plus de regarder ce qui vient en plus du salaire.

  • Y a-t-il des primes ? Bénéficiez-vous d’une part d’intéressement ou de participation aux bénéfices ?
  • Vos frais de transport sont-ils pris en charge ?
  • L’entreprise a-t-elle un comité d’entreprise (le CE est obligatoire au-delà de 50 salariés) ? Quels sont les activités et avantages offerts par cette entité ?
  • Avez-vous des avantages en nature (téléphone, voiture de fonction, etc) ?
  • De combien de jours de congés disposez-vous ?

#9 Comment mon arrivée et mon intégration dans l’entreprise va-t-elle être encadrée ?

Pour ceux qui ont déjà vécu cette situation, il n’y a rien de pire que d’arriver dans une entreprise et d’être complètement livré à soi-même, sans personne vers qui vous tourner, qui guide vos premiers pas dans cette nouvelle structure. Alors assurez-vous que quelqu’un vous accompagnera pour votre premier jour et également pour la suite !
  • Allez-vous avoir un référent, un mentor à qui poser toutes vos questions ?
  • Bénéficierez-vous de formations pour monter en compétences sur votre poste ?
  • Comment se passe l’onboarding d’un nouveau salarié dans cette entreprise ?

En bonus, la question que personne ne se pose avant d’accepter un poste : ai-je (un peu) peur d’accepter cette proposition d’embauche ?

Si tous les voyants ci-dessus vous semblent au vert, alors foncez ! C’est encore mieux si vous ressentez une petite appréhension mêlée d’excitation à l’idée d’accepter cette offre d’emploi. Eh oui, vous vous apprêtez à sortir de votre zone de confort professionnelle et c’est une très bonne chose ! Vous en ressortirez plus fort, avec une meilleure connaissance de vous-même.
Vous pouvez profiter des quelques mois qui vous restent dans votre poste actuel pour travailler votre confiance en vous et arriver plein d’énergie dans ce nouveau projet !
Vous connaissez maintenant toutes les questions à se poser avant d’accepter un poste. Alors plutôt oui ou plutôt non pour cette offre que vous avez reçue ? Partagez votre expérience en commentaire !

Si vous devez continuer vos candidatures, découvrez notre guide complet pour réussir votre recherche d’emploi et décrocher le job de vos rêves.

sens motivation équilibre raison d'être

Mini parcours gratuit

7 jours, 7 e-mail, 7 réflexions

Recevez un email pendant 7 jours dans votre boîte mail pour commencer votre introspection et construire une vie professionnelle qui a du sens !

Gagnez une heure par jour grâce au batch working !

Gagnez une heure par jour grâce au batch working !

En avez-vous assez d’avoir l’impression de courir après les heures ? Votre quotidien ressemble-t-il à une course contre la montre ? Êtes-vous encore à la recherche de la méthode ultime pour mieux gérer votre temps ? Aujourd’hui, nous n’allons pas vous parler de la nouvelle technique de productivité révolutionnaire ou de la to-do list à tiroirs et code couleur qui va changer votre vie. Nous voulons vous donner les clés pour gagner du temps en réduisant vos changements de tâches grâce à la méthode batch working. C’est peut-être ce qu’il manque à votre journée de travail pour gagner en productivité, optimiser votre temps et retrouver des moments pour vous bien mérités ! Grâce à cette méthode, vous apprendrez à regrouper les tâches similaires et répétitives. Ainsi, fini le temps perdu à chercher plusieurs fois les mêmes fichiers sur votre ordinateur, actualiser votre boîte e-mail ou vous rappeler les éléments de contexte à inclure de votre dossier en cours. Êtes-vous prêt à gagner une heure par jour grâce à la technique du batching ? Suivez le guide !

Définition du batch working

Un angliscisme à retenir

Le terme batch working vient de l’anglais et signifie littéralement « traitement par lot ». Si vous travaillez dans l’informatique, vous connaissez peut-être déjà cette expression. Mais que veut dire concrètement le batching appliqué à votre quotidien pour gagner en productivité et travailler plus efficacement ?

L’idée principale est regrouper des activités similaires pour les traiter ensemble. Grâce à cette technique, vous réduisez ainsi au strict minimum les changements de tâches épuisants et chronophages. L’exemple le plus éloquent est la lecture de vos e-mails.

Le traitement de ses e-mails, une perte de temps universelle

En 2011, l’ORSE (Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises) a étudié l’impact des messageries électroniques dans les entreprises. Les chiffres sont éloquents. 65 % des salariés  pensent vérifier leur boîte e-mail toutes les heures quand, en réalité, ils le font plutôt toutes les 5 minutes. L’étude révèle également qu’il faut 64 secondes en moyenne pour se reconcentrer sur son activité en cours après l’interruption d’un message.

Autrement dit, vous perdez 1 minute toutes les 5 qui passent, donc 10 minutes par heure. Ainsi, juste à cause de vos e-mails, c’est plus d’une heure sur votre journée de 8 heures qui s’envole à passer d’une tâche à l’autre ! Si vous êtes dans ce cas-là, le batching va vous changer la vie ! En batchant le traitement de votre messagerie électronique en 2 ou 3 sessions dans la journée, vous gagnerez déjà un temps précieux et une dose de charge mentale non négligeable !

Commencez donc par faire l’état des lieux dans votre vie pro à vous : combien de fois par jour vérifiez-vous vos e-mails ? À quelle fréquence ? Pourriez-vous réduire ce nombre d’interruptions sans impacter la réactivité de vos réponses de manière significative ?
ne plus être interrompu par ses emails

Comment mettre en place le batching pour gagner en productivité dans votre travail ?

Le travail par lots pour les entrepreneurs

Mais alors, comment utiliser le batch working au-delà de sa messagerie électronique ? Si vous êtes dans le monde de l’entrepreneuriat, vous avez sûrement déjà entendu parler de cette technique plébiscitée en particulier par ceux qui créent du contenu sur Internet. Pour rédiger un article de blog par exemple, vous pouvez identifier plusieurs étapes :
  • faire le plan de l’article ;
  • rédiger le brouillon ;
  • travailler le texte ;
  • ajouter les visuels.

Le batch working appliqué à la rédaction d’un article de blog consisterait donc à faire les plans de tous ses articles pour un mois de contenu, à rédiger tous les brouillons, avant de travailler les textes, puis enfin d’ajouter tous les visuels. En faisant les choses de cette manière, plutôt qu’article après article, vous n’avez pas à aller chercher le lien de votre banque d’images favorite plusieurs fois, vous avez les idées claires pour éviter de vous répéter d’un article à l’autre et vous ne changez pas de mode de travail au cours de la journée. Tous ceux qui ont testé cette technique vous diront qu’elle représente un gain de temps et d’énergie non négligeable !

Le batch working pour les salariés

Mais, si vous êtes salarié, comment appliquer concrètement le batching à votre vie professionnelle ? Vous pouvez commencer par identifier et rassembler les tâches qui se ressemblent ou nécessitent les mêmes outils ou types de raisonnement.

Nous avons déjà mentionné vos e-mails, mais vous pouvez faire pareil avec vos notes de frais par exemple. Au lieu de les déclarer au fur et à mesure, rangez toutes vos factures au même endroit et déclarez vos frais professionnels une fois par mois ou par trimestre en fonction de la fréquence de vos déplacements. 

Autre exemple : si vous avez des appels similaires à passer, regroupez-les. Que ce soit pour mener une enquête, appeler des candidats pour des entretiens d’embauche ou donner les lettres d’augmentation aux collaborateurs de votre équipe, nous vous conseillons de regrouper ces activités pour les faire toutes en même temps. Cela vous évitera de vous rappeler des questions à poser ou des éléments à mentionner à chaque appel.
Enfin, si vous avez des rapports semblables à rédiger, utilisez la technique de l’article de blog ! Faites d’abord le plan de tous les articles, enchaînez sur les brouillons et terminez par les visuels. Vous devriez gagner un temps précieux sur ce type de tâche chronophage.
Maintenant, c’est à vous de jouer ! Quelles tâches récurrentes pourriez-vous regrouper dans votre semaine pour gagner du temps ?

Éviter l’ennui avec le batch working

Vous êtes peut-être en train de vous dire : « mais je n’ai pas envie de passer toute ma journée sur le même type de tâches, j’aime bien changer régulièrement pour ne pas m’ennuyer. » Dans ce cas-là, travaillez par demi-journée, voire même créneaux de 2 heures. Vous pouvez par exemple dédier 2 matinées dans la semaine à la rédaction de vos rapports. La première, vous faites tous les plans et la moitié des brouillons. La seconde matinée, vous finissez les brouillons et vous attaquez aux visuels. De cette façon, vous évitez de passer votre journée entière sur une tâche qui vous ennuie.

Gérer les interruptions par les collègues

Ah, les collègues ! Si leur compagnie est agréable à la pause café ou pendant le déjeuner, leurs interruptions intempestives peuvent vite devenir insupportables quand il s’agit de vous concentrer. Voici quelques astuces pour signifier à vos collègues de ne pas vous déranger :
  • mettre un casque. Que vous aimiez travailler en musique ou pas, porter des écouteurs va signifier à vos collègues : « je suis concentré ou en conférence, repasse plus tard ». Pour filtrer les nuisances de l’open space, vous pouvez même investir dans un modèle anti-bruit ;
  • mettre un message sur son bureau. « Je me concentre, repasse plus tard ». Avec un petit mot visible par vos visiteurs, vous ne devriez être dérangé que pour les vraies urgences ;
  • réserver une salle de réunion pour vous isoler. De plus en plus d’entreprises prévoient des zones dédiées pour le travail concentré de leurs salariés. Pourquoi ne pas en profiter si vous en avez à disposition ?
  • négocier des jours de télétravail. Si malgré nos petites idées, vous continuez à être dérangé, essayez de négocier 1 ou 2 jours de télétravail par semaine et dédiez-les à votre travail concentré. Vous aurez ainsi des jours entiers sans interruption non souhaitée !
augmenter sa productivité au travail
questionnaire pour évaluer sa satisfaction au travail

Questionnaire diagnostic

Évaluez votre niveau de satisfaction au travail

Pensez-vous être aussi motivé que Barack Obama ou Lady Gaga pour aller travailler ?

Les avantages de la technique du batching

Maintenant que vous voyez à peu près comment implémenter la technique du batching dans votre vie professionnelle, découvrez quels avantages vous pourrez tirer de cette méthode sur le long terme.

Réduction de la charge mentale

Cette méthode de travail a le mérite de vous forcer à ne dédier un créneau de travail qu’à une seule activité : lecture de vos e-mails ou rédaction de brouillons de rapports, mais pas les 2 en même temps !

Par définition, le batching vous évite donc de faire du multi-tâches. Faire plusieurs choses en même temps peut vous donner l’illusion d’être occupé et d’avoir un rôle important. Pourtant, les constants changements de sujets sont épuisants pour votre cerveau et augmentent votre charge mentale. Si vous avez souvent mal à la tête en fin de journée, regardez si vous n’êtes pas constamment en train de faire 2 choses en même temps.

Pour un esprit encore plus serein et apaisé, découvrez nos 6 conseils concrets pour réduire votre charge mentale.

Amélioration de la concentration

Dans la même lignée que la réduction de votre charge mentale, vous améliorerez également votre concentration avec le batching. Connaissez-vous la loi de Carlson, un célèbre économiste suédois ? Elle s’énonce ainsi : « un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie que lorsqu’il est réalisé en plusieurs fois. »

Autrement dit, si vous commencez à rédiger un rapport, puis que vous passez à autre chose sans le finir, le rapport va continuer à parasiter vos pensées et nuire à votre concentration. Vous aurez toujours une petite voix qui vous dira : « n’oublie pas d’inclure telle mention » ou « il faut le finir pour demain, c’est le moment de s’y remettre ». Si vous finissez ce rapport, voire même juste le plan si c’était votre objectif de la journée, vous pouvez être certain que vous n’y penserez plus le reste de la journée !
À lire aussi : si vous avez du mal à ne pas laisser vos pensées vagabonder et s’éparpiller, découvrez notre guide complet pour travailler sa concentration.

Une efficacité accrue

Batching rime avec efficacité ! Eh oui, cette technique vous force à identifier clairement votre tâche en cours en lui ajoutant un objectif. « Finir le brouillon des rapports A et B » est un but clair. En associant un créneau dédié à cette activité dans votre journée, vous aurez la recette idéale pour dire adieu à la procrastination et vous retenir d’attraper votre smartphone sur votre bureau ou d’aller vérifier vos e-mails !
Si le batching ne vous empêche pas suffisamment de céder aux distractions, découvrez nos conseils et outils pour combattre la procrastination !

Une meilleure organisation

Pour faire du batching un outil de productivité infaillible, vous pouvez l’associer intelligemment à votre rythme naturel ! Par exemple, si vous êtes plus efficace le matin, gardez ces créneaux pour vous occuper de vos rapports énergivores et autres tâches difficiles. Réservez la lecture des e-mails pour les fin de matinée et fin d’après-midi, quand votre attention n’est pas à son plus haut point.

Faites le test grâce à notre article dédié et apprenez à connaître votre chronotype pour découvrir votre propre rythme naturel !

Moins d’erreurs potentielles

Qui n’a jamais oublié d’ajouter le sommaire ou une bibliographie à son rapport ? En faisant la mise en page de tous vos documents en cours en même temps, vous diminuez le risque d’oublis ou d’erreurs. Si vous vous rappelez de le faire pour l’un, vous le ferez pour tous les autres ! C’est aussi de cette façon que le batch working vous fera gagner un temps précieux !
diminuer les erreurs, améliorer son organisation...
Vous avez maintenant tous nos conseils pour devenir un pro du batch working, gagner en productivité au quotidien tout en gardant le contrôle de votre emploi du temps ! Confiez-vous en commentaire : avez-vous déjà essayé de mettre en place le batching dans votre quotidien ?

Découvrez encore plus d’astuces pour retrouver du temps pour vous grâce à notre guide complet pour gérer son temps de travail, le tout garanti sans stress ni prise de tête.

sens motivation équilibre raison d'être

Mini parcours gratuit

7 jours, 7 e-mail, 7 réflexions

Recevez un email pendant 7 jours dans votre boîte mail pour commencer votre introspection et construire une vie professionnelle qui a du sens !