fbpx
« Ayez le dossier prêt à la première heure demain sur mon bureau, sans faute ! » Si l’image du manager directif et autoritaire apparaît souvent dans les films et séries télévisées, dans la réalité, les salariés sont plutôt en quête de bienveillance et d’écoute de la part de leur supérieur hiérarchique. Mais que signifie réellement être un manager bienveillant ? Quels sont les bénéfices pour les salariés et l’entreprise ? Est-il possible de concilier ce type de management avec une posture de leadership ? Où placer les limites à la bienveillance au travail pour ne pas apparaître comme un gourou du développement personnel ? Découvrez en détail les réponses dans cet article et apprenez à votre tour à devenir un véritable manager 2.0.

Manager bienveillant : une définition

Mais tout d’abord, qu’entend-on par manager bienveillant ? Ce terme ne traduit pas un chef d’équipe bisounours qui laisse passer tous les comportements de ses collaborateurs sans aucun leadership.

La bienveillance dans une méthode de management consiste à se montrer compréhensif, indulgent et faire preuve d’empathie envers autrui. L’idée est de mettre en place un management fondé sur le positif plutôt que sur la critique et la mise en avant des aspects négatifs. Un manager bienveillant sait aussi voir ses collaborateurs comme un tout et encourager leur développement professionnel, mais aussi personnel.

Pourquoi adopter un management bienveillant ?

À l’heure du bien-être au travail et de la quête de sens, les bénéfices du management bienveillant sont loin d’être de simples détails. En effet, 50 % des cadres déclarent avoir déjà ressenti des symptômes du burn-out. Parmi ceux ayant répondu positivement, 46 % déplorent un manque d’accompagnement de leur management. Ainsi, le manager à son rôle à jouer dans l’amélioration du bien-être au travail de ses collaborateurs.

Réduction de l’absentéisme et du turnover

Le stress chronique et la surcharge de travail sont des causes importantes d’absentéisme. Une étude Malakoff Humanis réalisée en 2019 révèle ainsi que 18 % des arrêts maladie sont liés à des troubles psychosociaux ou un épuisement professionnel. En regardant uniquement les arrêts de longue durée (de plus de 30 jours), ce chiffre passe à 24 %. Un manager bienveillant restera attentif à ces signes de mal-être chez ses collaborateurs et sera en mesure de prendre des actions avant l’interruption de travail.
Du côté des démissions, la relation avec le manager joue souvent un rôle dans le départ d’un salarié. Une étude Gallup, ayant interrogé 7200 actifs, révèlent que, dans 50 % des cas, c’est le management qui motive un abandon de poste. Ainsi, entretenir une bonne relation entre collaborateur et manager peut aider à faire baisser le turnover.

Une meilleure productivité

D’après une étude de l’université de Warwick au Royaume-Uni, la productivité augmente de 12 % avec le bien-être au travail. Voilà un bon argument pour plaider pour un management bienveillant auprès de sa hiérarchie !

Faire preuve de bienveillance pour gagner en productivité

Une meilleure image de l’entreprise

Quand les collaborateurs mettent en avant la bonne qualité du management auprès de leur réseau et de leurs proches, cela ne peut que jouer en faveur de l’entreprise, notamment en matière d’attractivité sur le marché de l’emploi.

Augmentation de la créativité

Enfin, une des caractéristiques du management bienveillant, comme nous le verrons dans la suite de l’article, est d’encourager la prise de risque et de laisser le droit à l’erreur. De cette façon, les collaborateurs sont plus enclins à proposer de nouvelles idées et n’étouffent pas leur créativité.

Comment devenir un manager bienveillant ?

Donner du sens au travail de chacun

Même les résultats de notre questionnaire Sensy nous le disent ! Pour atteindre leurs objectifs professionnels, plus de la moitié des répondants déclarent avoir besoin de retrouver sens et motivation. Le manager joue un rôle crucial dans cette quête d’impact chez ses collaborateurs. En apprenant à les connaître, à comprendre leurs attentes et leurs ambitions, en reconnectant leur tâches quotidiennes aux objectifs plus larges de l’entreprise, c’est de cette façon que les collaborateurs pourront trouver le sens qu’ils attendent dans leur travail.

Pour vous aider à identifier la façon d’interagir avec chacun des collaborateurs de votre équipe, découvrez comment bien concilier méthode DISC et management.

Fixer une direction claire associée à une vision

Plus que des objectifs annuels figés, les collaborateurs attendent d’un manager bienveillant une vision et une direction claires. Celles-ci devront répondre à la fois aux objectifs de l’entreprise et aux ambitions du salarié. Cela peut par exemple être :
  • apporter son expertise pour développer le nouveau produit de l’entreprise ;
  • créer une nouvelle ligne de communication qui met plus en avant les valeurs de l’entreprise.

À la lumière de cette vision, il peut même être pertinent de laisser le collaborateur fixer ses propres objectifs. La hiérarchie s’assure ensuite seulement que ceux-ci sont réalistes, réalisables et assez ambitieux.

Management : donner des directions claires

Faire preuve de transparence

Dans un management bienveillant, la transparence est clé. Les collaborateurs doivent être au courant de tous les enjeux qui les concernent : les préoccupations de la hiérarchie, les relations tendues avec certains clients, les contrats compromis avec les fournisseurs. En partageant un maximum d’éléments aux membres de son équipe, un manager peut construire et renforcer la relation de confiance. Les collaborateurs se sentiront impliqués et pourront être force de propositions pour trouver des solutions adaptées à chacun des problèmes identifiés.

Donner du feedback et en demander

Pour cela, l’important est de privilégier le positif et le constructif. En cas de comportement agaçant d’un collaborateur, par exemple un manque d’organisation, la clé reste de se concentrer sur les points forts de la personne, comme sa créativité, et de réfléchir à comment les exploiter de la meilleure façon possible pour l’équipe. Ainsi, un manager bienveillant aura plutôt tendance à mettre en avant les forces qui le frappent chez quelqu’un avec des phrases comme : « tu as conscience de ce point fort chez toi ? ».
Quand il s’agit de donner du feedback, les encouragements sont à privilégier aux compliments. En effet, ces derniers ont tendance à rendre les collaborateurs dépendants de l’approbation de leur management. Si celle-ci ne vient plus, ils pourront avoir l’impression de ne plus être à la hauteur et l’interpréter comme un manque de performance. À la place, il convient de préférer les encouragements. Pour donner un exemple de bienveillance au travail, il vaut mieux  : « tu peux être fier de ton travail » que « ton travail est super ».

Les comparaisons entre collaborateurs sont également à proscrire. Elles peuvent en effet introduire de la rivalité dans une équipe qui n’est pas la bienvenue pour favoriser l’intelligence collective.

Enfin, un manager bienveillant sera preneur de feedback sur son propre travail et en demandera régulièrement à ses collaborateurs. Il y gagnera notamment des éléments pour s’améliorer en tant que supérieur. Cela le fera également descendre de son piédestal hiérarchique et le remettra sur un pied d’égalité avec ses collaborateurs.

Adopter une écoute active et se rendre disponible

L’écoute active est un des outils du management bienveillant à ne pas négliger. Autrement dit, le manager s’attachera à regarder la personne lorsqu’elle parle, sans être distrait par un écran devant les yeux, un clavier sous les doigts ou un smartphone en main. De plus, lors des interactions avec son équipe, il laissera la parole et posera des questions ouvertes. Le comportement du manager idéal serait d’éviter de vouloir à tout prix combler les blancs qui pourraient survenir dans la conversation, ce qui laisserait la possibilité aux collaborateurs de se confier.

Se rendre disponible et passer du temps avec son équipe est également crucial. Il est important de noter que les collaborateurs n’attendent pas de leur manager qu’il leur dise quoi faire. Ils espèrent de l’écoute et une invitation à remettre en question leurs propres méthodes de travail pour atteindre leurs objectifs respectifs.

Écouter activement ses collaborateurs pour un meilleur management

Faire confiance et laisser de l’autonomie

Que ce soit dans l’organisation ou la méthodologie de travail, un manager bienveillant fait confiance et laisse ses collaborateurs choisir ce qui leur convient le mieux. Ainsi, liberté dans les horaires et possibilité de télétravail doivent être offertes à chaque membre de l’équipe, si l’entreprise l’autorise et tant que cela ne vient pas à l’encontre de l’atteinte des objectifs.

En laissant liberté et autonomie, la relation de confiance manager-managé n’en sera que renforcée. Pour ne pas la trahir, les deux parties devront aussi tenir leurs engagements. Pour le manager, cela signifie notamment agir en faveur des souhaits d’évolution des missions ou des responsabilités, mais aussi reconnaître et accepter ses propres limites. Non, il n’est pas attendu d’un manager qu’il ait réponse à tout instantanément et soit omniscient.

Autoriser le droit à l’erreur

Enfin, l’erreur ne doit pas être pénalisée mais plutôt valorisée comme une opportunité d’apprentissage et une façon de s’améliorer dans son travail. Un manager bienveillant sera très attentif sur ce point, pour que ses collaborateurs adoptent au maximum ce comportement de développement personnel et osent prendre des risques. En plus de les encourager à prendre des initiatives, les collaborateurs seront plus enclins à exprimer leur créativité, sans la brider par crainte du regard des autres.

Les limites du management bienveillant

Toutefois, en entreprise, rien n’est tout blanc ou tout noir ! Le management bienveillant ne fait pas exception. Poussé à l’extrême, celui-ci peut également avoir des effets de bord néfastes, dont il conviendra de prendre conscience pour les prévenir et les éviter.

Le management paternaliste

L’idée derrière le management bienveillant n’est pas d’infantiliser les collaborateurs. Par exemple, en cas de retard de projet, faire preuve de bienveillance ne signifie pas dire au collaborateur des phrases du type : « tout va s’arranger » ou « je compte sur toi ». Cette posture qui rappelle une relation parent-enfant est à éviter. À la place, un manager bienveillant cherchera à avoir des éléments pour comprendre le contexte et encourager le collaborateur à proposer un plan d’actions et à prendre entière responsabilité.

Le management intrusif

Manager bienveillant ne doit pas être synonyme de manager intrusif. C’est une chose de s’intéresser à la vie privée de ses collaborateurs de façon informelle, une autre de faire des suppositions et de les appliquer à son management. Par exemple, un manager qui apprend qu’un de ses collaborateurs ne dort pas bien à cause de son nouveau-né doit-il pour autant ne plus lui confier le nouveau projet pour lequel il avait exprimé de l’intérêt ?

Avec ce genre de comportement, le manager risque d’inspirer de la méfiance et de rendre ses collaborateurs réticents à se confier. Pour éviter ce genre d’écueil, le plus simple est d’appliquer un des conseils évoqués plus haut et de faire preuve de transparence ! Il conviendra toujours mieux de demander l’avis du collègue nouvellement papa sur son niveau d’énergie pour savoir s’il souhaite tout de même prendre en main le nouveau projet… et de lui faire confiance s’il répond positivement.

Tomber dans l’amalgame entre bien-être en entreprise et cadre agréable de travail

Cette erreur-là n’est pas vraiment une limite du management bienveillant, mais plutôt une mauvaise compréhension de ce dernier. Les entreprises qui font cet amalgame risquent d’essayer d’améliorer le bien-être de leurs collaborateurs en investissant dans les locaux.

En effet, il est plus facile d’installer une salle de sieste ou un baby-foot à côté de la machine à café que d’investir dans le changement des méthodes de travail. Toutefois, ce n’est pas s’attaquer à la vraie source de l’éventuel mal-être de ses collaborateurs. Celui-ci peut notamment être causé par une hiérarchie trop directive et centrée uniquement sur les objectifs de l’entreprise. Dans ce cas-là, le management bienveillant pourrait être une solution adaptée.

Management, l'erreur à ne pas éviter

En bref : les 10 commandements du manager bienveillant

  1. De transparence, il vous faudra faire preuve.
  2. L’écoute active, vous travaillerez avec ferveur.
  3. Le sens et l’impact chez vos collaborateurs, vous développerez.
  4. L’orientation et la vision des objectifs de votre équipe, vous exprimerez.
  5. Du feedback encourageant, vous donnerez.
  6. Un style de management authentique, vous adopterez.
  7. Un retour régulier sur votre travail, vous demanderez.
  8. Disponible pour vos collaborateurs, vous serez.
  9. Votre confiance, vous accorderez.
  10. Le droit à l’erreur, vous autoriserez.

Même s’il n’est pas toujours évident de placer le curseur de la bienveillance au bon niveau, nous espérons que cet article vous aura toutefois aider à y voir plus clair sur la façon d’adopter la figure du manager bienveillant.

Astuces & réflexions de nos coachs

Pourquoi et comment mettre en pratique le management délégatif ?

Méthode de gestion d’équipe fondée sur la confiance totale, le management délégatif implique de laisser ses collaborateurs travailler en toute autonomie. Véritable vecteur d’engagement et de motivation, il présente toutefois quelques contreparties à connaître. Découvrez pourquoi et comment l’appliquer dans ce guide complet.

lire plus
5 faux pas à éviter lors de sa prise de poste de manager

5 faux pas à éviter lors de sa prise de poste de manager

Enfin, vous avez obtenu cette promotion tant attendue : vous allez devenir manager ! Passée l’euphorie de la bonne nouvelle, le doute s’empare de vous : comment bien m’intégrer en tant que chef d’équipe ? Comment concilier la personnalité de chacun avec les objectifs de l’entreprise ? Pas de panique, nous vous partageons 5 faux pas à éviter lors de sa prise de poste de manager, pour que vous partiez déjà avec une longueur d’avance !

lire plus