Livres pour trouver sa voie professionnelle : 5 titres incontournables

Livres pour trouver sa voie professionnelle : 5 titres incontournables

Changer d’orientation professionnelle, c’est se lancer dans l’inconnu. C’est un projet à part entière qui fait remettre en question beaucoup d’éléments censés être acquis dans sa vie. Parfois, ces réflexions s’ajoutent à un quotidien déjà stressant, vous laissant submergé de doutes. D’autres fois, la motivation et l’envie vous abandonnent et vous avez besoin d’un petit coup de pouce pour vous relancer. C’est dans ces moments d’incertitude que les livres proposés dans cet article pourront vous aider ! Que vous cherchiez un premier petit pas à faire pour démarrer une reconversion ou des idées de lectures à mettre dans votre valise estivale, découvrez 5 livres pour trouver sa voie professionnelle. Recommandés par Élodie, dirigeante de Sensy, c’est la sélection parfaite pour retrouver un peu de clarté ou de motivation en période de flou et enfin oser changer de vie.

Découvrir le coaching professionnel

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano : vous connaissez probablement déjà ce livre, best-seller au succès foudroyant ! Toutefois, peut-être faites-vous partie de ceux qui commencent tout juste à se poser des questions sur l’épanouissement professionnel et ne l’ont pas encore lu. Dans ce cas-là, c’est une excellente introduction au coaching ! Loin des livres de développement personnel classiques parfois indigestes au premier abord, celui-ci se présente sous la forme d’un roman facile à lire et sans prise de tête.

L’histoire suit ainsi Camille, une jeune femme qui a tout pour être heureuse en apparence : un bon travail, un mari, un enfant. Toutefois, elle ne se sent plus alignée dans son quotidien et n’arrive plus à voir le positif dans ses journées qui se suivent et se ressemblent. Elle fait alors la rencontre d’un coach routinologue, Claude. Il la guide et lui fait prendre conscience qu’il est possible de retrouver enthousiasme et motivation avec de petites actions quotidiennes. Ce roman est à déguster comme un témoignage inspirant d’une personne qui a trouvé sa voie.

Si vous faites partie de ceux qui l’ont déjà lu, pourquoi ne pas le feuilleter de nouveau pour identifier des actions concrètes à mettre en place dans votre quotidien pour l’améliorer dès aujourd’hui ?

Se connaître

Trouver son ikigaï, Christie Vanbreemersch : l’ikigaï, c’est le mot japonais qui pourrait se traduire par « raison de vivre » ou « raison de se lever le matin ». Connaissez-vous ce qui vous anime, qui vous fait sortir de votre lit et prendre le chemin du bureau tous les matins ? Si la seule réponse qui vous vient à l’esprit est « payer mes factures », il y a de grandes chances que votre travail ne soit pas votre source d’épanouissement. Avec ce livre, vous entamez une introspection profonde au cœur de vous-même. Vous apprenez à vous connaître, étape indispensable pour construire un projet professionnel qui vous ressemble ! C’est définitivement un livre pour trouver sa voie professionnelle qui aide à répondre à la question : « que faire de sa vie ? ».

La méthode Ikigaï nous parle tellement chez Sensy qu’elle est la base de notre programme d’accompagnement professionnel. Pourquoi ne pas le découvrir ?

À lire aussi : découvrez une approche complémentaire à l’ikigaï avec la méthode WHY de Simon Sinek. Normalement conçue pour les entreprises, vous verrez qu’il est aussi possible de l’appliquer à votre vie professionnelle !

Un livre pour trouver sa voie professionnelle en s’inspirant des autres

La tribu des mentors, Timothy Ferriss : ce gros pavé est un condensé de témoignages inspirants, à mettre sur sa table de chevet pour une petite lecture motivante avant d’aller se coucher ! Plus de 100 personnalités aux parcours très différents ont répondu aux questions de l’auteur. Quel est leur point commun ? Elles sont considérées comme les meilleures dans leurs domaines respectifs.

Qu’est-ce qui les rend heureux ? Dans quoi trouvent-elles du sens ? Quels éléments leur semblent essentiels pour réussir sa vie ? L’auteur décrytpe ainsi les secrets des « grands de ce monde ». Chaque interview ne fait que quelques pages, c’est donc le format parfait pour une petite séance de lecture rapide quand le manque de motivation vous taraude. C’est un livre qui donne beaucoup de courage pour voir les choses en grand.

Combattre ses croyances limitantes et blocages

Les 4 accords toltèques, Don Miguel Ruiz : il s’agit probablement d’un des livres de développement personnel les plus connus. Pour cause, la plume de l’auteur est fluide, ses mots sont simples, c’est un plaisir à lire. Don Miguel partage dans cet ouvrage les enseignements des Toltèques, une communauté de savants originaires du sud du Mexique. Il présente ainsi 4 accords fondamentaux qui sont autant de lignes de conduite pour retrouver la voie de la liberté personnelle.

 Ces enseignements, évidents au premier abord, ne sont pourtant pas si triviaux à appliquer au quotidien. Pourquoi médisez-vous sur ce collègue ? Pourquoi passez-vous toute une journée à vous torturer l’esprit pour identifier si oui ou non, votre manager vous en veut ? Le but de l’auteur est de vous aider à retrouver la sérénité et à vous libérer du sentiment de peur nourri par les sociétés modernes. Votre vision du monde et des autres s’en trouvera indéniablement transformée.

Pour améliorer encore vos relations professionnelles, pourquoi ne pas découvrir les bénéfices de la Communication Non Violente ?

Accepter de ne pas être parfait

L’apprentissage de l’imperfection, Tal Ben-Shahar : avez-vous tendance à vous mettre trop de pression, à toujours vouloir être parfait ? Votre perfectionnisme va parfois si loin qu’il vous empêche de commencer certains projets, par peur de ne pas tout faire de façon idéale. Dans ce livre, Tal Ben Shahar, professeur de bonheur renommé de l’université Harvard, donne des clés pour vous faire accepter l’idée que faire de son mieux est suffisant. C’est un joli livre pour cultiver la bienveillance et la compassion envers soi-même. Ne s’agit-il pas justement des premières clés pour oser construire une vie épanouissante et une carrière qui pétille ?

À lire aussi : vous n’osez pas changer de voie professionnelle parce que vous avez le sentiment que votre carrière débute tout juste et que ce n’est pas le moment parfait ? Découvrez pourquoi et comment changer de vie professionnelle à 30 ans !

Vous repartez avec 5 livres pour trouver votre voie professionnelle. Connaissance de soi, travail sur ses blocages, découverte de parcours inspirants, il ne vous reste plus qu’à répondre à l’ultime question : par lequel allez-vous commencer ? Et vous, quels livres ont changé votre vie ? Dites-le nous en commentaire !

Apprenez à mieux vous connaître grâce au mini-guide Sensy gratuit !

Des exercices et des réflexions qui vous permettront d'oser croire en votre job de rêve !

    Créer son entreprise en restant salarié : 4 pistes à explorer

    Créer son entreprise en restant salarié : 4 pistes à explorer

    Vous en avez marre de votre situation actuelle de salarié ? Vous aspirez à la liberté, aux défis des entrepreneurs ? Oui, mais voilà, vous avez un prêt à rembourser, un loyer à payer et des contraintes financières. Pour vous, il est hors de question de tout plaquer du jour au lendemain et d’avoir le couteau sous la gorge au moment de payer vos factures… Peut-être avez-vous même déjà tenté la négociation d’une rupture conventionnelle auprès de votre employeur mais sans succès ? Ou alors, votre réflexion débute tout juste et vous vous demandez : « Je suis en CDI et je veux créer mon entreprise, par où commencer ? » Ne laissez pas encore votre rêve entrepreneurial s’envoler. Il existe des solutions pour créer son entreprise en restant salarié. Faisons ensemble un tour d’horizon de vos possibilités.

    Créer son entreprise en restant salarié chez son employeur actuel

    Vos obligations légales

    Bonne nouvelle, lancer sa boîte en gardant son boulot, dans la plupart des situations, c’est faisable. Toutefois, avant de vous lancer dans le grand bain, assurez-vous de ne pas rompre une clause de votre contrat de travail actuel :

    • la non-concurrence. Ne travaillez pas pour les concurrents de votre employeur, notamment si vous décidez de devenir indépendant dans votre secteur d’activité. En cas de doute, discutez-en et trouvez un accord avec votre hiérarchie ;
    • l’obligation de loyauté. Si vous proposez des services similaires à ceux de votre employeur, vous n’avez pas le droit de démarcher ses clients pour votre propre entreprise. Tout contrat de travail en France vous oblige à être loyal envers votre employeur ;
    • avez-vous une clause d’exclusivité ? Elle n’est pas obligatoire, mais doit être mentionnée dans votre contrat de travail si elle existe. Si vous en avez une, vous pouvez demander la levée temporaire de la clause pour une durée d’un an lorsque vous créez ou reprenez une entreprise. Si votre demande est refusée, vous ne pourrez malheureusement pas vous lancer dans votre projet entrepreneurial sans quitter votre employeur actuel.

    Attention, si vous êtes fonctionnaire, le cumul d’activités est très encadré et n’est pas aussi simple que pour un salarié dans le privé. Dans cette situation, vous ne pouvez pas créer de micro-entreprise si vous êtes à temps plein. Vous devez forcément obtenir l’autorisation de votre hiérarchie pour passer à temps partiel et commencer votre activité entrepreneuriale. Si vous êtes dans ce cas-là, lisez attentivement les modalités du cumul d’activités dans la fonction publique.

    Vous vous posez la question de quel type d’entreprise créer ? Voici un article qui passe en revue les différentes possibilités de statut juridique pour votre entreprise.

    Libérer du temps pour votre projet entrepreneurial

    Maintenant que vous avez une vision claire de vos obligations envers votre employeur, c’est le moment de vous lancer ! Vous pouvez tout à fait profiter de votre temps libre pour travailler sur votre projet de création d’entreprise : avant ou après le travail en semaine, quelques heures le week-end. Toutefois, vous aurez peut-être vite la sensation que ce temps ne vous suffit pas ou que cumuler les 2 vous fatigue au quotidien. Heureusement, des solutions existent pour vous libérer du temps tout en gardant la sécurité de votre emploi salarié.

    Négocier un mi-temps

    La première chose que vous pouvez faire est de négocier un temps partiel avec votre employeur : travailler 4 jours ou 3 jours par semaine en fonction de vos besoins financiers et du temps que vous souhaitez consacrer à votre projet. 

    Vérifiez si votre convention collective ne prévoit pas déjà des cas de passage à temps partiel. Vous y trouverez alors toutes les informations sur le délai à prévoir entre votre demande et le passage effectif à mi-temps, ainsi que le temps de réponse de votre entreprise.

    N’oubliez pas de préciser les modalités de votre nouvelle organisation avec votre employeur !

    • Souhaitez-vous un ou 2 jours fixes par semaine ? Si oui, lesquels ?
    • Souhaitez-vous un temps aménagé où vous disposez de plus de jours de congés que vous placez quand vous le souhaitez ?
    • Pour combien de temps pouvez-vous et souhaitez-vous disposer de ce mi-temps ?
    • Quelles sont vos conditions de retour à temps plein si nécessaire ?

    Une fois votre demande acceptée, vous signez un avenant à votre contrat de travail et décidez d’une date de début de temps partiel. Vous avez maintenant un ou 2 jours dédiés par semaine pour votre projet ! Savez-vous que vous venez de rejoindre les rangs des slasheurs ? Peut-être même trouverez-vous votre épanouissement professionnel dans cette double activité et déciderez de rester salarié et entrepreneur ? Découvrez dans notre article dédié si vous possédez le profil du slasheur.

    Prendre un congé pour création d’entreprise

    Si vous avez au moins 2 ans d’ancienneté chez votre employeur actuel, vous pouvez demander un congé pour création d’entreprise. D’une durée maximale d’un an, renouvelable une année supplémentaire, ce congé vous permet de vous consacrer à temps plein sur votre projet pendant une durée déterminée.

     Il est adapté pour vous si vous disposez de quelques économies de côté. Eh oui, contrairement au mi-temps, pendant ce congé, vous ne toucherez pas votre salaire. Si vous avez des congés payés non pris en réserve, vous pouvez demander à les poser pour percevoir un salaire pendant votre création d’entreprise, au moins temporairement.

    Vous devez formuler votre demande au moins 2 mois avant la date souhaitée de début de congé. Si vous êtes dans une entreprise de plus de 300 salariés, votre employeur ne peut refuser que si vous ne remplissez pas les conditions d’attribution du congé (délai trop court, ancienneté insuffisante). Il peut toutefois vous demander de reporter votre départ, mais pour une durée de 6 mois maximum.

    Se lancer dans l’entrepreneuriat en gardant un statut de salarié et en quittant son entreprise

    Vous ne pouvez ou ne voulez pas restez dans votre entreprise actuelle ? Et si vous pouviez garder les avantages du salariat tout en vous consacrant à 100 % à votre entreprise, ce ne serait pas la belle vie ? Si vous envisagez de vous lancer dans une activité d’indépendant, le portage salarial ou la coopérative d’activité et d’emploi est peut-être faite pour vous ! Attention, ces deux solutions ne sont pas possibles si vous exercez dans les services à la personne ou en cas d’activités réglementées.

    Le portage salarial

    Votre première possibilité est de signer un contrat de travail (CDD ou CDI) avec une société de portage salarial. Vous retrouvez alors un statut de salarié : vous touchez un salaire, disposez de congés payés et cotisez pour le chômage, la retraite et le régime général d’assurance maladie. Vous ne vous occupez pas de l’administratif de votre entreprise et pouvez vous consacrer pleinement à trouver et satisfaire vos clients.  Attention toutefois, votre salaire est directement lié à votre chiffre d’affaires. Si vous n’avez pas de client, vous ne touchez donc pas de salaire.

    Avant de vous lancer dans des démarches avec une société de portage, il est préférable d’avoir des clients souhaitant travailler avec vous. À partir de ce moment-là, la signature du contrat va très vite. Comptez entre 5 et 15 % de votre chiffre d’affaires en frais pour la société de portage. En fonction de l’entreprise, vous pourrez bénéficier d’accompagnement et de formations.

    La Coopérative d’Activité et d’Emploi (CAE)

    La CAE est similaire au portage salarial. Toutefois, de par son statut de coopérative, elle attend un certain engagement de ses salariés. Vous vous impliquez donc dans les activités de la CAE, et devez devenir associé, au bout de 3 ans maximum, pour pouvoir rester dans la coopérative. Comme en portage, vous touchez un salaire, ne vous occupez pas de la partie administrative de votre entreprise et bénéficiez des avantages du salariat. Ici, votre salaire présente une part fixe et une part variable indexée sur votre chiffre d’affaires.

    Avant de vous faire signer le contrat de travail, qui est forcément un CDI, la CAE vous soumet à une période de test. Vous passez un entretien initial pour vérifier que votre projet entre bien dans les critères de la CAE puis signez un contrat d’accompagnement qui donne lieu à une phase de test de la viabilité de votre entreprise. C’est le moment de trouver vos premiers clients et de valider votre business model. Si cette dernière est concluante, vous établissez alors un CDI avec la CAE. 

    Pour les frais de gestion, comptez 10 à 15 %. Au bout de 3 ans maximum, vous devez devenir associé de la CAE. Si vous ne le souhaitez pas (par exemple, si vous préférez continuer votre projet de votre côté), vous rompez le contrat de travail. La CAE est aussi en droit de refuser votre passage en tant qu’associé et met ainsi fin au contrat. Ce système est adapté si vous souhaitez tester un projet pendant quelques années avant de vraiment vous lancer.

    Vous disposez maintenant de plusieurs pistes à explorer pour monter votre projet entrepreneurial sans perdre les avantages du salariat ! Quelle solution vous semble la plus adaptée pour créer votre entreprise en restant salarié ? Dites-nous en commentaires !

    Travailler dans le Développement Durable | 4 pistes à explorer

    Travailler dans le Développement Durable | 4 pistes à explorer

    Zéro déchet, déplacements à vélo, achats de seconde main, vous êtes déjà un citoyen engagé pour l’écologie dans votre vie personnelle et c’est très bien. Néanmoins, vous ressentez de plus en plus le besoin de remettre du sens dans votre métier et d’envisager une carrière aussi engagée que vous. Ce n’est pas une question évidente. À l’heure du greenwashing et des politiques RSE des entreprises parfois limitées, il est difficile de trouver un métier qui répond à vos exigences. Je profite de la semaine verte de l’Union Européenne 2021 pour vous suggérer 4 pistes pour travailler dans le développement durable. J’espère vous donner l’envie de trouver ou construire un métier pour changer le monde et riche de sens pour vous ! Avec ces quelques idées, peut-être envisagerez-vous même une reconversion dans la transition écologique ?

    Le développement durable : un enjeu de carrière de plus en plus crucial

    À l’heure où de plus en plus de Français sont préoccupés par les enjeux climatiques et où la quête de sens n’a jamais été aussi présente, les métiers du développement durable ont la cote. De plus en plus d’actifs se posent la même question que vous. Comment trouver un emploi pour une entreprise engagée qui ne participe pas au réchauffement climatique ?

    C’est particulièrement vrai pour les jeunes de la génération Z (nés après 1995) qui commencent à entrer sur le marché du travail et sont particulièrement éveillés sur les questions climatiques. C’est d’ailleurs l’origine du Manifeste pour un réveil écologique initié en 2018. Il s’agit d’un mouvement étudiant qui vise à éveiller les acteurs du monde de l’entreprise et des formations afin de remettre la crise écologique au centre de la stratégie des entreprises. Plus de 32 000 jeunes l’ont signé et s’engagent ainsi à ne pas travailler pour des entreprises qui ne placent pas la transition écologique au cœur de leurs priorités.

    Les entreprises qui polluent risquent donc d’avoir du mal à recruter de jeunes talents et renouveler leur main-d’œuvre. De plus, les métiers de l’environnement sont de plus en plus plébiscités et l’ampleur du mouvement ne devrait que continuer à s’accroître dans les années à venir. C’est donc le moment idéal pour envisager une transition professionnelle dans l’écologie !

    Piste #1 : vous former dans un secteur du développement durable

    Vous ne savez pas du tout quel métier du développement durable exercer ? Le côté positif avec la protection de l’environnement, c’est qu’elle concerne absolument toutes les facettes de nos vies. Garde forestier, ingénieur spécialisé dans les énergies renouvelables ou maraîcher dans l’agriculture biologique, tous ces métiers sont des emplois engagés qui aident à évoluer vers un monde plus respectueux de l’environnement

    Dresser une liste exhaustive des fonctions que vous pouvez exercer dans le domaine de la transition écologique ne rentrerait clairement pas dans un seul article. Toutefois, voici quelques idées de secteurs dans lesquels vous pouvez envisager votre futur métier :
    • diminution de la pollution, traitement de l’eau et des déchets ;
    • production d’énergie renouvelable ;
    • habitat durable et urbanisme écoresponsable ;
    • protection de la biodiversité et des écosystèmes ;
    • agriculture durable.

    Votre cerveau fourmille déjà d’idées ? Pour vous former à devenir acteur dans ces secteurs, de nombreux cursus sont possibles. Vous pouvez par exemple envisager un master spécialisé dans un de ces domaines. Beaucoup d’universités en France proposent maintenant des formations diplômantes aux métiers de l’environnement.

    Vous êtes effrayé à l’idée de vous lancer dans une longue formation, surtout si votre carrière vient tout juste de débuter ? Découvrez comment changer de carrière, même si vous n’avez que 30 ans. Si vous n’êtes pas plus rassuré, pas de panique ! D’autres pistes existent qui n’exigeront pas que vous retrouviez les bancs de l’université !

    Piste #2 : mettre vos compétences au service d’une entreprise engagée

    Vous avez peut-être déjà toutes les compétences nécessaires pour participer à rendre le monde de demain plus respectueux de l’environnement ! Les entreprises engagées ont aussi besoin d’opérationnels pour fonctionner : communication, relations humaines, comptabilité, développeur, etc. Pour renforcer votre CV auprès de ces entreprises, essayez peut-être d’investir votre temps libre dans une association qui œuvre à la protection de l’environnement. Vous pouvez également participer localement auprès de votre mairie à la transition écologique de votre municipalité. Votre profil n’en sera que plus attractif auprès des recruteurs du secteur du développement durable qui retrouveront les valeurs de leur propre entreprise en vous !

    Peut-être ne voyez-vous pas encore concrètement comment trouver l’entreprise engagée qui propose le métier de vos rêves ? Découvrez-le dans la suite de l’article !

    Piste #3 : trouver un emploi pour travailler dans le développement durable

    Il n’est pas toujours évident de trouver une entreprise qui partage vos valeurs et vous permettra de défendre l’environnement à travers votre métier. Beaucoup d’entreprises communiquent aujourd’hui sur leurs engagements RSE (responsabilité sociétale des entreprises), mais pour nombre d’entre elles, c’est très souvent cosmétique. Heureusement, pour ne pas vous faire avoir par le greenwashing, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

    • la plateforme ShiftYourJob rassemble plusieurs organisations qui sont acteurs de la transition écologique. Vous saurez dorénavant où déposer votre CV ;
    • vous pouvez également consulter le catalogue des entreprises certifiées B Corp. Celles-ci sont auditées par un organisme externe et reçoivent un score qui leur permet de se qualifier ou non pour obtenir la certification. Les critères sont sociaux, environnementaux et tiennent compte du bien-être au travail des salariés.

    Mais comment savoir quelles entreprises cherchent de nouveaux collaborateurs sans aller vérifier un par un les sites de recrutement ? Des plateformes existent pour vous donner directement les offres d’emploi des entreprises qui pourraient vous intéresser :

    • sur Welcome to the Jungle, vous pouvez trouver des offres d’emploi en filtrant sur le secteur « Environnement » ;
    • Birdeo est un cabinet de recrutement spécialisé dans le développement durable ;
    • Emploi Vert vous permet de trouver des offres auxquelles postuler dans les secteurs de l’écologie et de l’environnement.

    Après avoir passé un peu de temps sur ces plateformes, vous ne trouvez pas chaussure à votre pied ? Peut-être avez-vous l’envie de construire votre métier sur-mesure pour travailler dans le développement durable ?

    Piste #4 : monter son projet entrepreneurial engagé

    Si vous avez la fibre entrepreneuriale et souhaitez monter votre propre projet engagé, vous n’êtes pas seul non plus ! Vous pouvez vous conforter dans votre idée, la préciser et passer à l’action grâce au MOOC gratuit de Ticket for Change. Pour vous inspirer encore plus, écoutez les épisodes de leur podcast Vécus. Vous y découvrirez plusieurs parcours de personnes ayant réinventé leur vie professionnelle dans le secteur social ou environnemental. Peut-être y piocherez-vous de belles idées pour travailler dans le développement durable sur votre propre projet ?

    Envie d’un peu plus d’inspiration pour votre carrière ? Découvrez 9 autres podcasts motivants pour développer votre vie professionnelle.

    Vous repartez donc avec quelques ides pour repenser votre évolution de carrière en accord avec vos valeurs ! Quelle piste allez-vous explorer en premier pour travailler dans le développement durable ? Je suis curieuse : dites-le moi en commentaire !

    Faire de sa passion son métier : le parcours inspirant d’Antoine

    Faire de sa passion son métier : le parcours inspirant d’Antoine

    Pendant vos journées de travail peu palpitantes, vos pensées dérivent inlassablement vers la même thématique : votre passion ! Que vous soyez féru de guitare, de littérature anglaise ou de randonnée en montagne, votre hobby nourrit votre temps libre et vous ne pouvez vous empêcher de vous demander : faut-il vivre de sa passion ? Et si la réponse à cette question était « oui » ? Vous vous dites probablement que ce n’est pas possible, que c’est une douce utopie. Pourtant, en découvrant le parcours d’Antoine Martel qui a choisi de faire de sa passion son métier, vous changerez peut-être d’avis. De pharmacien à photographe professionnel, il ne lui a fallu qu’un petit déclic pour se lancer. Vous n’êtes peut-être également pas loin de vivre de votre passion. Découvrez son parcours et inspirez-vous pour provoquer votre propre passage à l’action !

    Vivre de sa passion : de pharmacien à photographe

    La photographie en filigrane

    Antoine a en apparence un parcours très classique : il a grandi en région parisienne, où il a fait ses études de pharmacie avant de commencer sa carrière. Pourtant, depuis son adolescence, il a toujours été passionné par la photographie. C’est au lycée qu’il découvre ce passe-temps créatif qui lui permet d’illustrer son quotidien et de s’évader.

    Pendant ses études, il continue à exercer son hobby en se retrouvant en charge du club de photographie de sa faculté avec d’autres étudiants. La question de se réorienter l’effleure à ce moment-là. Mais, comme beaucoup, il opte pour la voie de la sécurité, poussé par ses parents à obtenir son diplôme dans un premier temps.

    Il relègue ainsi la photographie au second plan, même si sa passion reste toujours présente dans sa vie. Devenu adulte, il continue à s’exercer et pratiquer son hobby sur son temps libre.

    Une carrière de pharmacien intéressante

    Il exerce ainsi en tant que pharmacien pendant un peu plus de 10 ans, d’abord en région parisienne puis du côté de Dijon dans les 2 dernières années. Antoine décrit sa mission comme « un travail super intéressant » et « au contact des patients » qui lui plaît. Il exerce 7 ans en pharmacie d’officine avant de sentir qu’il lui manque un projet personnel ou professionnel pour se sentir plus engagé. Il ressent à ce moment-là le « besoin de changer d’univers professionnel ».

    Il entame alors une mobilité vers un domaine pharmaceutique différent du sien pour rejoindre le milieu hospitalier. Cette nouvelle mission lui donne un renouveau bienvenu « hyper euphorisant » et « grisant » selon ses mots. La fermeture de la clinique au bout de 2 ans et son déménagement à Dijon le forcent à changer d’emploi. Il trouve alors un CDD semblable à sa précédente mission dans le milieu hospitalier et effectue quelques remplacements en clinique.

    Un déclic fortuit

    En parallèle de sa vie de pharmacien, sur les recommandations de ses proches, il se retrouve missionné pour effectuer des travaux de photographie pour des professionnels dans la région de Dijon. Ses premières prestations ainsi que les conseils d’une de ses amies le mettent en confiance et lui font prendre conscience qu’il est temps de sauter le pas et de se lancer dans ce nouveau projet qui répond à son envie d’évoluer et d’avancer. Dans sa mission de photographe, Antoine se rend compte qu’il se sent épanoui et pleinement lui-même.

    Ainsi, depuis 2017, Antoine Martel a choisi de faire de sa passion son métier. Il exerce en tant que photographe indépendant à Dijon pour les professionnels. Il propose des portraits, reportages, photographies culinaires et de produits pour les besoins de communication des entreprises, indépendants ou institutions. 

    Provoquer le déclic pour faire de sa passion son métier, un challenge

    Antoine le dit lui-même, il a eu besoin d’un déclic pour se lancer. Pour lui, c’est le soutien de son amie et la situation moins stable qu’il connaissait dans sa carrière de pharmacien qui l’ont poussé à se lancer. Mais sans ces circonstances favorables, aurait-il osé sauter le pas ?

    Nous reléguons souvent nos passions au second, voire troisième plan de nos vies après la carrière, la famille, les tâches ménagères… Finalement, la plupart d’entre nous finissent même par les oublier. Pour ceux qui arrivent encore à se dégager un peu de temps pour nourrir leurs passions, provoquer le passage à l’action pour essayer d’en vivre n’est pas évident. Il faut le plus souvent un événement qui modifie radicalement le quotidien pour prendre le recul nécessaire. Mais vous avez pourtant en vous toutes les ressources pour provoquer vous-même ce déclic !

    C’est ce dont se rend compte Antoine en 2020 lorsqu’il rencontre Sensy. Il prend alors conscience qu’un accompagnement de coaching personnalisé aurait pu lui faire trouver sa voie « beaucoup plus tôt et beaucoup plus facilement ». Antoine a saisi une opportunité qui s’est présentée, mais qui aurait pu ne pas arriver ou se faire davantage attendre. Si vous pensez à vous reconvertir, peut-être avez-vous besoin d’un coup de pouce ou d’un déclic pour sauter le pas et oser vous lancer ? Je vous aide à passer le premier pas : prendre conscience de vos peurs qui vous freinent encore aujourd’hui.

    Prendre conscience de ses peurs pour se lancer

    Peur de repartir de zéro

    Malgré sa reconversion dans 2 domaines très différents, Antoine Martel est formel là-dessus : « quand on change d’orientation, […] on s’appuie sur ce qu’on sait, qu’on connaît ». Même si vous avez l’impression qu’en vous lançant dans votre passion, vous repartirez de zéro, c’est souvent une fausse idée. Nos expériences passées nous servent toujours. Par exemple, pour Antoine, son travail de pharmacien l’aide beaucoup dans les relations avec ses clients. Il a beaucoup appris sur le contact humain et s’en sert toujours tous les jours.

    Peur de l’échec

    Nous parlons de votre passion, celle que vous chérissez depuis probablement de nombreuses années, voire même depuis votre enfance. Alors forcément, vous avez peur d’échouer, de ne pas être assez bon, de ne pas y arriver. C’est normal mais ce n’est pas une fatalité, vous pouvez changer votre point de vue là-dessus !

    Essayez plutôt de voir ce lancement comme un nouveau souffle, une dimension supplémentaire à votre passion. En la professionnalisant, vous apprendrez de nouvelles compétences et même si vous ne continuez pas dans cette voie, vous aurez une nouvelle vision, un renouveau et plein d’enseignements à en tirer.

    Peur de l’inconnu

    Dans toute reconversion, la peur de l’inconnu est souvent un frein très important. Votre situation actuelle peut sembler confortable parce qu’elle est connue. Elle ne vous fait pas trop sortir de votre zone de confort et c’est agréable. Par contre, niveau épanouissement, vous vous rendez compte avec un peu de recul que ce n’est pas la panacée…

    Rassurez-vous, la peur de l’inconnu se travaille. Rencontrez des personnes qui se sont lancées dans un changement similaire au vôtre et discutez avec elles. Comment se sentent-elles ? Comment l’ont-elles vécu ? Tirez des enseignements des autres et osez grandir en explorant les environs de votre zone de confort. Peut-être pouvez-vous envisager de trouver un mentor pour vous accompagner dans cette phase de changement ?

    Pour aller plus loin, découvrez comment vaincre votre peur de l’inconnu et combattre un autre blocage fréquent dans toute reconversion. 

    Peur du regard des autres

    Comment vont réagir mes proches ? Que vont dire mes collègues quand je vais leur parler de ce virage professionnel à 180° ? Il est normal que vous ressentiez de l’inquiétude vis-à-vis de ces questions. Est-ce que mon entourage ne va pas me dire que je fais une bêtise, que mon nouveau métier est moins prestigieux, moins rémunérateur, moins reconnu que le précédent ? C’est vrai, il y aura toujours des sceptiques. Mais projetez-vous au moment où vous aurez atteint votre objectif. Pensez-vous vraiment qu’une personne ayant suivi son rêve de faire de sa passion son métier pourra être raillée de ses proches ? Si c’est le cas, ce sera probablement de la jalousie déguisée…

    Alors, pensez-vous que vous puissiez vivre de votre passion, comme Antoine ? Faire de sa passion son métier est possible, en se donnant le moyens d’atteindre ses objectifs. Que vous manque-t-il pour vous lancer ?

    Vous voulez aller plus loin ?

    Apprenez à mieux vous connaître grâce au mini-guide Sensy gratuit !

    Un mini-guide gratuit à télécharger et un programme en 4 étapes :

    • Faites votre état des lieux,
    • Définissez ce que vous aimez,
    • Fixez ce que vous voulez,
    • Planifiez ce dont vous avez besoin.

    Comment réussir sa reconversion professionnelle ? 8 étapes clés

    Comment réussir sa reconversion professionnelle ? 8 étapes clés

    La reconversion professionnelle semble avoir le vent en poupe ! Internet regorge de témoignages d’ingénieurs devenus pâtissiers et de commerciaux ayant tout quitté pour créer leur ferme en permaculture à la campagne. Des profils qui ont de quoi inspirer… mais qui sont pourtant loin de refléter la réalité. En vérité, si beaucoup d’actifs songent à prendre un nouveau départ, assez peu sautent le pas. Parmi ceux qui osent, la plupart ne passent pas du coq à l’âne et optent pour un changement d’activité ou de secteur. Mais le développeur devenu responsable communication dans son entreprise est malheureusement beaucoup moins médiatisé que le chercheur en physique maintenant professeur de danse. Alors envisagez-vous de vous réorienter ? Pas si vite, posez-vous les bonnes questions avant de sauter le pas et découvrez les étapes indispensables pour ne pas vous tromper ! Comment réussir sa reconversion professionnelle ? Vous aurez bientôt la réponse !

    Comprenez l’origine de votre besoin de reconversion

    Avant de pousser la porte de votre RH, lettre de démission en main, analysez votre mal-être et les raisons qui vous poussent à penser que votre job actuel ne vous convient pas. Est-ce un ras-le-bol dû à une charge de travail trop importante, un management toxique ? Peut-être avez-vous l’impression de stagner dans votre mission sans avoir la possibilité de prendre plus de responsabilités ? Posez-vous ces questions et demandez-vous ensuite : si je change de mission au sein de mon entreprise, serait-ce mieux ? Si je change d’entreprise ou de secteur mais sur le même genre de mission, comment me sentirai-je ?

    Ne cédez pas à l’effet de mode de la reconversion, prenez le temps d’apprendre à vous connaître, de comprendre vos besoins, vos motivations, vos envies. Cela vous évitera un virage à 180° qui se finira en tournant à 360° avec retour à la case départ.

    Pour vous aiguiller, nous vous donnons quelques exemples de raisons qui pourraient vous pousser à sérieusement envisager une reconversion :

    • vous ressentez un manque de sens dans votre métier actuel qu’un changement d’entreprise ou de secteur ne résoudrait pas ;
    • après une longue phase d’introspection, vous réalisez petit à petit que votre métier actuel ne correspond pas à votre personnalité et vos aspirations ;
    • retrouver la maîtrise de votre temps, être autonome et libre sont des critères essentiels pour vous. Votre situation actuelle ne vous offre pas cette possibilité ;
    • vous avez une passion et vous voulez en faire votre métier ;
    • une idée d’entreprise que vous souhaitez développer trotte dans votre tête.

    Cette liste est loin d’être exhaustive, il existe autant de raisons de se reconvertir que de personnes sur cette planète ! Mais si vous vous reconnaissez dans un des points cités, peut-être est-ce le moment de sauter le pas ? Découvrons ensemble comment bien réussir sa reconversion professionnelle !

    Préparez-vous psychologiquement

    La préparation psychologique est cruciale avant de se lancer dans un changement de carrière ! Que vous souhaitiez devenir artisan, vous lancer dans l’entreprenariat sur le web ou vous former au métier de développeur, il vous faudra anticiper de potentiels désagréments en chemin :

    • certaines étapes seront plus difficiles que d’autres, ponctuées de moments de doute, d’interrogations et de pensées négatives ;
    • vous aurez peut-être besoin de cumuler votre ancien emploi, votre nouveau métier, une formation en même temps et faire une croix sur votre vie sociale temporairement ;
    • vos proches ne seront potentiellement pas aussi compréhensifs que vous l’espérez. Il va falloir accepter que tout le monde ne soit pas aussi enthousiasmé que vous par votre nouveau projet professionnel ;
    • vous devrez peut-être accepter de voir votre salaire baisser ;
    • le syndrome de l’imposteur ne sera jamais bien loin au début. Vous découvrirez en chemin des peurs, des blocages qu’il vous faudra combattre.

    Nous espérons ne pas vous avoir fait trop peur ! Si vous souhaitez anticiper votre préparation psychologique, découvrez notre guide pour surmonter votre peur de l’inconnu et poursuivvre votre idéal professionnel.

    Êtes-vous toujours confiant ? Si tous les feux sont verts, direction l’étape suivante !

    Entourez-vous des bonnes personnes

    C’est un conseil parfois difficile à appliquer et pourtant si important avant de commencer une reconversion professionnelle. Vous n’avez pas envie d’entendre vos amis ou votre famille vous rabâcher à chaque fois que vous les voyez : « Ah, tu es encore sur cette idée farfelue. Mais garde ton vrai job, tu y es bien mieux ». Non, vous avez besoin de personnes qui vous soutiennent, qui prennent de vos nouvelles, qui croient en votre projet.

    Si vous voulez un peu de renfort, essayez de rencontrer de nouvelles personnes qui passent ou sont passées par un processus similaire au vôtre. Vous suivez une formation ou vous vous lancez dans l’entreprenariat ? Peut-être pouvez-vous vous rapprocher d’autres élèves ou entrepreneurs qui sont dans le même bateau. Ils vous permettront à la fois de construire votre nouveau réseau et en plus, de faire de belles rencontres qui ne pourront que vous encourager !

    Dans tous les cas, ne restez pas dans votre coin et entourez-vous au maximum de personnes bienveillantes. Pour celles qui ne semblent pas très enthousiastes, ne les rayez pas complètement de votre vie. Essayez juste de prendre un peu de distance temporairement si nécessaire et ne leur parlez pas trop en détail de votre projet.

    Apprenez à vous connaître et faites-vous accompagner si besoin

    Pour être sûr de ne pas vous tromper de chemin, apprenez à vous comprendre. Quels sont vos besoins, vos envies, vos motivations ? Avant de vous lancer corps et âme dans une nouvelle voie, vous devrez passer par une longue phase d’introspection. Pas toujours évidente à mener seul de son côté, un accompagnement par un coach pour trouver son chemin professionnel peut être particulièrement bénéfique et vous faire gagner un temps précieux.

    Découvrez le témoignage de reconversion de Corentin, de la physique-chimie au community management, qui ne regrette pas de s’être fait épauler dans sa transition.

    Préparez-vous matériellement

    Une réorientation professionnelle prend du temps et parfois même de l’argent. Il va donc falloir préparer concrètement le terrain pour ne pas être contraint d’abandonner en chemin pour des raisons matérielles. Ce serait tout de même dommage.

    Êtes-vous prêt à accepter de voir vos revenus baisser ? En changeant de domaine de compétences, vous risquez de repartir sur des postes avec moins de responsabilités et donc potentiellement moins bien rémunérés. Si vous décidez de créer votre entreprise, vous allez démarrer avec 0 € de chiffre d’affaires. Vous aurez besoin d’un peu d’économie de côté.

    Heureusement, en France, il existe plusieurs aides qui permettent de rendre cette transition un peu plus facile à vivre :

    • si vous souhaitez devenir entrepreneur, vous avez la possibilité de demander un congé pour création d’entreprise à votre employeur ;
    • vous pouvez également négocier une rupture conventionnelle,  qui vous permettra de toucher le chômage en quittant votre entreprise ;
    • pour conserver une partie de vos revenus et vous libérer un temps précieux pour vous former ou tester votre nouveau métier, vous pouvez peut-être passer à temps partiel ;
    • depuis 2019, si vous avez un projet de création d’entreprise, vous avez la possibilité de toucher le chômage, même en démissionnant. Mais attention, il vous faudra un projet en béton ! 

    Formez-vous

    Bonne nouvelle, en France, développer de nouvelles compétences n’a jamais été aussi facile ! Il existe de nombreuses aides à la formation professionnelle. CPF, FONGECIF, congé individuel de formation, vous trouverez forcément chaussure à votre pied !

    Se former pour se reconvertir professionnellement

    Envisagez-vous un nouveau métier ? Peut-être serait-ce une bonne idée de vous former avant de vous lancer dans le grand bain ? Vous serez plus confiant, moins sujet au syndrome de l’imposteur et gagnerez sûrement du temps par rapport à apprendre vos nouvelles missions sur le tas.

    Testez votre futur métier avant de vous lancer

    Êtes-vous certain de ne pas avoir une vision idéalisée de votre future carrière ? Par mesure de précaution, il serait plus sage de la tester avant de se lancer dans le vide, soit en commençant en parallèle de votre emploi actuel, soit en faisant un micro-stage. Le minimum reste de prendre contact avec des professionnels du secteur pour connaître la réalité du terrain : est-ce facile de trouver un emploi, des missions ? Quel est le revenu attendu ? Comment se déroule une journée type ?

    Pour vous aider dans votre reconversion, vous pouvez par exemple trouver un mentor. La personne peut être quelqu’un travaillant dans le secteur que vous visez.

    Apprenez à pitcher votre projet

    Votre mission si vous l’acceptez : arriver à résumer votre projet de reconversion en moins de 30 secondes (voire moins de 10 secondes pour les plus téméraires) ! Cet exercice vous servira grandement pour justifier votre changement d’orientation et vendre votre nouveau métier en entretien d’embauche ou à vos futurs clients.

    De plus, il vous aidera vous aussi à vous conforter dans votre choix, à vous rappeler les raisons de ce changement dans les moments de doute et d’incertitude. Alors soyez fier de votre parcours atypique et apprenez à le vendre en toute confiance et avec assurance !

    Vous avez maintenant un guide complet pour réussir votre reconversion professionnelle ! Alors quelle nouvelle orientation souhaitez-vous donner à votre carrière ? Racontez-nous en commentaire !

    Vous voulez aller plus loin ?

    Apprenez à mieux vous connaître grâce au mini-guide Sensy gratuit !

    Un mini-guide gratuit à télécharger et un programme en 4 étapes :

    • Faites votre état des lieux,
    • Définissez ce que vous aimez,
    • Fixez ce que vous voulez,
    • Planifiez ce dont vous avez besoin.

    Comment trouver son pourquoi et s’accomplir dans sa vie pro ?

    Comment trouver son pourquoi et s’accomplir dans sa vie pro ?

    Fatigué d’un travail qui ne vous épanouit pas, en quête de sens, vous cherchez des pistes parmi des dizaines de podcasts, Ted Talk, blogs… Dans vos recherches, êtes-vous tombé sur le discours de Simon Sinek sur les grands leaders inspirants ? Savez-vous pourquoi c’est le plus visionné de l’histoire des Ted Talks ? Pourquoi, voilà toute la question à laquelle il essaye de répondre ! Ou plutôt, comment trouver son pourquoi ? Vous suivez toujours ? Loin de l’image du gourou du management aux méthodes théoriques, Simon Sinek explique de manière très simple pourquoi certains chefs d’entreprises inspirent plus que d’autres. Mais le plus incroyable, c’est qu’il est aussi possible d’appliquer sa méthode à votre vie professionnelle ! Elle vous aidera à mettre du sens dans vos actions, et qui sait, à atteindre l’épanouissement professionnel ! Alors, que vous soyez en pleine crise existentielle ou simplement curieux, découvrez la méthode WHY de Simon Sinek et commencez à réfléchir à votre pourquoi.

    Qu’est-ce que la méthode WHY de Simon Sinek ?

    Le cercle d’or

    La méthode WHY est si facile à appréhender et à comprendre, qu’elle peut être représentée par un dessin réalisable par un enfant de 4 ans. Visualisez 3 cercles concentriques et appelez-le : Golden Circle.

    Chacun des cercles représente une question qui peut être posée avec chacune de nos actions :

    • le plus grand modélise la réponse à la question : quoi ? Tout le monde et toutes les entreprises savent répondre et décrire ce qu’elles font ;
    • celui du milieu répond à la question : comment ? Un certain nombre de personnes et d’entreprises savent expliquer comment elle font ce qu’elles font : quel est leur avantage, leur compétence différenciante par rapport à leurs concurrents ?
    • enfin, le cercle du centre représente la réponse à la question : pourquoi ? Là, par contre, très peu d’entreprises et de personnes savent décrire leur motivation derrières leurs actions.

    C’est ce dernier point qui pose problème : la plupart d’entre nous pensons, agissons et communiquons de l’extérieur vers l’intérieur du cercle. Nous répondons d’abord au quoi, puis au comment. Le pourquoi est très souvent laissé de côté ou en tout cas traité en dernier. Ce comportement est normal, c’est la façon la plus intuitive de raisonner, du plus concret au plus abstrait.

    C’est pourtant là que les grands leaders, les personnes inspirantes se différencient. Tous leur processus de réflexions, d’actions et de communication sont effectués dans l’autre sens, de l’intérieur vers l’extérieur du cercle. Ils répondent d’abord et en priorité au pourquoi, avant d’attaquer la question « comment ? » et enfin « quoi ? ».

    L’exemple d’Apple

    Simon Sinek prend l’exemple très parlant d’Apple pour illustrer son propos.

    Si Apple communiquait comme tout le monde, leur message ressemblerait à : « nous faisons de supers ordinateurs (leur quoi). Ils ont la particularité d’être faciles à utiliser et d’avoir un très beau design (leur comment). »

    Pourtant, leur communication ressemble plutôt à cela : « dans tout ce que nous faisons, nous croyons au fait de challenger le statu quo et de faire les choses différemment (leur pourquoi). Pour ce faire, nous faisons des produits au design très esthétique et faciles à utiliser (leur comment). Il se trouve que nous faisons de supers ordinateurs (leur quoi). »

    Si vous voullez aller plus loin, découvrez le Ted Talk de Simon Sinek en entier.

    Le cercle d’or en lien avec nos prises de décision

    Vous êtes sûrement d’accord que le second message est bien plus percutant que le premier ! Mais pourquoi ? La raison en serait biologique ! Nos prises de décisions sont en effet régies par notre intuition, très sensible aux questions « pourquoi ? » et « comment ? ». C’est ainsi elle qui nous décide à acheter le dernier modèle d’iPhone ou ce vêtement qui vous fait envie en vitrine. C’est aussi l’intuition qui nous motive à nous donner à fond dans notre travail et qui met du sens dans chacune de nos actions. Ainsi, pour assouvir votre quête de sens, la clé est de faire confiance à votre intuition. Plus facile à dire qu’à faire ? Effectivement, mais trouver votre pourquoi peut déjà être un bon premier pas !

    Comment trouver son pourquoi avec 3 questions ciblées ?

    La réussite matérielle, un faux pourquoi

    Attention à ne pas tomber dans le piège classique de la réussite matérielle en tant que pourquoi. Si vous faites quelque chose pour gagner votre vie ou vous enrichir, c’est un comportement dicté par votre raison plus que par votre intuition. En effet, si gagner de l’argent pour bien vivre est indispensable, ce ne doit pas être votre motivation principale si vous recherchez l’épanouissement professionnel. Si vous souhaitez vous enrichir, il y a forcément une raison derrière :

    •  Souhaitez-vous atteindre l’indépendance financière ?
    • Rêvez-vous d’augmenter votre niveau de vie ?
    • Avez-vous envie de monter votre entreprise et besoin de mettre de l’argent de côté ?

    Un ou plusieurs pourquoi ?

    Maintenant que vous savez que gagner de l’argent n’est pas votre vrai moteur, comment trouver votre pourquoi ? Les êtres humains étant des êtres complexes, contrairement à une entreprise, nous n’avons généralement pas un unique pourquoi, mais plutôt une multiplicité de motivations et de raisons d’agir !

    Vous pouvez par exemple vouloir être libre géographiquement, tout en voulant contribuer à la protection animale et en voulant inspirer les autres à rallier votre cause. Vous voilà ainsi avec 3 « pourquoi » !

    Comment trouver son pourquoi ? Les 3 questions à se poser

    Voici quelques questions à vous poser pour enfin répondre à la question : « pourquoi est-ce ce métier que je choisis d’exercer ? » :

    • quelles sont vos motivations personnelles ? Souhaitez-vous par exemple travailler en tant qu’indépendant ? Souhaitez-vous développer vos compétences dans un domaine particulier ? Dans cette catégorie, vous pouvez mettre les motivations que vous avez sous forme d’objectifs à atteindre. Ce sont les moteurs que vous pourriez vendre à un recruteur lors d’un entretien d’embauche par exemple ;
    • quel est votre pourquoi envers le monde ? Quelle cause souhaitez-vous défendre ? Qu’est-ce qui vous indigne dans la société actuelle et que vous souhaiteriez changer ? Chez Sensy, par exemple, nous croyons que tout le monde devrait avoir les moyens de trouver de s’épanouir professionnellement ;
    • quel est votre moteur plus profond, celui qui vous nourrit et qui n’est pas amené à évoluer ? Plus subtil que les motivations personnelles, il s’agit d’une ligne conductrice que vous souhaitez donner à votre vie. Souhaitez-vous être reconnu pour une expertise ? Souhaitez-vous devenir une personnalité inspirante pour d’autres ? 

    Vous n’avez pas toutes les réponses à ces questions ? C’est normal, trouver ses « pourquoi » demande du temps de réflexion, d’introspection et d’exploration de différentes pistes. Dans son livre Trouver son Pourquoi, rédigé avec Peter Docker, Simon Sinek propose une méthode détaillée fondée sur l’analyse de ses souvenirs pour faire émerger sa raison d’être.

    Maintenant que vous savez comment trouver votre pourquoi, êtes-vous prêt à le construire ? Une fois que vous l’aurez identifié , il ne faudra pas oublier de répondre à la question du comment et à celle du quoi, les 2 autres éléments essentiels de la méthode WHY de Simon Sinek ! Vous aurez alors un projet professionnel construit que vous n’aurez aucun mal à vendre au monde en appliquant le principe du cercle d’or.

    Pour aller plus loin dans la réflexion, découvrez nos autres articles :

    Quand vous aurez trouvé votre pourquoi, si vous devez changer de voie, vous aurez très certainement besoin d’aide pour sauter le pas : découvrez notre guide pour poursuivre votre idéal professionnel !

    Vous voulez aller plus loin ?

    Apprenez à mieux vous connaître grâce au mini-guide Sensy gratuit !

    Un mini-guide gratuit à télécharger et un programme en 4 étapes :

    • Faites votre état des lieux,
    • Définissez ce que vous aimez,
    • Fixez ce que vous voulez,
    • Planifiez ce dont vous avez besoin.